Le 12/11/2020

Plouguerneau, encore en salle d'attente, pour son décollage en R2

" On n'est pas dépassé par ce championnat de R2", souligne l'entraîneur plouguernéen, Cyrille Grenier. En montant d'un cran sportif, de la R3 à la R2, l'Espérance a été récompensée de sa visée, malgré un goût évident d'inachevé. " Nous n'avons pas eu la sensation de vivre une montée normale, en Mars. Une montée, c'est l'aboutissement d'un projet d'équipe, l'opportunité de faire une belle fête réunissant l'ensemble du club", reprend Cyrille Grenier. Revenu à des standards plus conforme à son passé sportif ( Quatre montées consécutives de la D1 à la DH, au début des années 80), l'Espérance Plouguerneau attend toujours le succès, après cinq matchs en R2. Le premier match face à Guipavas B a été brutal dans le scénario. Menant 0-2, sorti d'une grosse première mi-temps, Plouguerneau a tout perdu en cinq minutes, de la 88ème à la 93ème, subissant trois buts dans les 10 dernières minutes (3-2). Scénario cruel dans sa finalité, mais aussi sonnant comme un électrochoc du niveau R2, comparé à la R3. " Nous avons passé deux ans en R3. En R2, même à 0-2, l'équipe adverse continue à jouer de la même façon. Cette première défaite à Guipavas reste dans les têtes. En R3, à 0-2, à la 88ème, une équipe ne revient pas. Ca passe en R3, pas en R2".

Cyrille Grenier, l'entraîneur de l'Espérance de Plouguerneau (R2), espère retrouver ses forces offensives, à la reprise sportive.

Romain Merdy et les Plouguernéens en recherche de ce fameux déclic pour leur arrivée en R2. Crédit photo: Esp. Plouguerneau

Ramené d'entrée à la réalité de leur montée, Plouguerneau court après ce premier succès libérateur. Après un match nul à l'US Quimper, suite à une rencontre de très belle facture (1-1), un autre plus chanceux a Quimper Kerfeunteun FC (1-1), suivi de deux défaites à domicile, face à Gouesnou (0-1) et l'ASPTT Brest (0-2), les Vert et Blanc restent amarrés aux dernières places, de cette poule A de R2.

" Après cette coupure de quatre mois, le gros point positif est que les joueurs avaient une forte envie de reprendre. On réussit une très bonne préparation avec 95% des joueurs présents à toutes les séances. Nos matchs amicaux ont aussi été très intéressants, tout comme nos matchs de coupe de France. On aurait du passer au 4ème tour face à une R1 ( AS Plobannalec-Lesconil 2-3). On a la balle de 3-2, à la 89ème et on se fait planter à la 90ème minute. A part Gouesnou, où nous sommes passés à travers, je n'ai absolument pas la sensation d'être dépassé par le niveau R2. Nous avons notre place. Nous sommes aussi en retrait sans nos cadres offensifs. Sans notre meneur de jeu, Fabien Saive, Lucas Deniau, un des mes cadres au milieu de terrain et Brendan Vasseur, en attaque, ça change complètement le visage de l'équipe", indique Cyrille Grenier.

Suite à ce deuxième intermède sanitaire, Plouguerneau, comme toutes les équipes amateures de France, est à l'arrêt complet depuis deux semaines. " Le fait de devoir encore s'arrêter apporte un coup de moral. Dans tous les scénariis possibles, en début de saison, il y'en a un, surtout avec le contexte sanitaire, qui pouvait être anticipés, à savoir jouer cette saison sur deux ans, en bloquant les mutations. Les joueurs s'engageaient sur deux ans dans le club, avec des dérogations pour des départs de vie porfessionnelle. Ca arrive fréquemment en cours de saison. Nous sommes un groupe de 14 équipes. On a déjà disputé 5 matchs, une année blanche n'aurait pas de sens. Lisser cette saison sur deux ans, ferait que nous serons moins dans l'urgence s'il y'a la reprise en janvier/février. Ca permettrait d'avoir une vraie période de préparation car il y'aura nécessairement un goût à l'effort à retrouver. Ca sera compliqué à se remettre en place, c'est aussi compliqué dans la gestion d'un club", conclut Cyrille Grenier.

Mentions légales