Quentin Lafargue. La roue tourne

Tags : serie-19

Le 27/03/2015


Champion de France de vitesse en octobre 2014, troisième au championnat du monde en février 2015, le vélodrome de Saint-Quentin en Yvelines est synonyme du temps retrouvé pour Quentin Lafargue. A 24 ans, ce grand espoir du cyclisme français sur piste a passé plusieurs dents à son pignon d'ambition. En route pour les jeux olympiques de Rio de janeiro, il se bat pour faire tomber ses temps de référence sur le keirin, le kilomètre et la vitesse. Au pôle d'entraînement de Saint-Quentin, encadré par Laurent Gané, ex-champion olympique à Sydney en 2000 et Franck Duriveau, il rêve d'un tel destin secret, en soignant les détails, facteur de différence comme son approche de l'entraînement, une gestion efficace de son sommeil et son alimentation. Le tout dans la chasse à ses dizièmes de secondes, qui font la différence pour le porter aux cimes de son sport.

Champion du monde de la vitesse junior à 18 ans, au Cap en Afrique du Sud, Quentin Lafargue a très vite percé, en 2008 dans son sport. Comme tout athlète de haut niveau, le jugement ne se fera qu'en une longétivité des performances qui garantira un consensus général sur la qualité d'une carrière sportive à haut niveau. De 2008 à 2013, les performances se font plus en dent de scie même si elles sont presque toujours dans le top 10 mondial. La régularité, vecteur recherché, n'est pas garantie. " Je pense que nous avons perdu 2 à 3 ans dans la mise en place de notre structure. Après le départ de Florian Rousseau (triple champion olympique), il y'a eu un flou. Maintenant, avec Franck Duriveau et Laurent Gané, je me sens beaucoup mieux. Je côtoie le très haut niveau dans le discours et le contenu. Laurent Gané donne la chance à tous ceux qui la saisisse et aux jeunes. Ca m'a reboosté complètement"

Originaire du département de la Gironde, à Mazère, dans la région de Sauternes, il est plutôt touche à tout, après des passages au football ou au tennis. Avant que son voisin ne le pousse à prendre le départ d'une course de VTT, vers 11 ans. Le gabarit est déjà suffisamment imposant pour se projetter au club du Pays de Langon sur du cyclisme avec la route, piste et cyclo-cross. Le potentiel est évident, les résultats le confirment rapidement. Champion d'Aquitaine en vitesse dès les minimes 2ème année, second des championnats de France en cadet 1 et enfin le titre suprême dès sa quatrième année de pratique. La Gironde est maintenant trop petite, malgré la qualité du vélodrome de Bordeaux. Direction, l'institut national du sport à Paris pour faire craqueler l'oeuf de cette nouvelle pépite du cyclisme sportif tricolore. " Je ne suis pas du genre à me plaindre. J'avance sans me poser de question. J'ai tout d'abord la chance de faire ce que j'aime dans la vie. Je ne suis pas professionel mais je dois gagner face à des professionnels Anglais, Allemand ou Australien. Notre discipline n'est pas assez rémunératrice pour être pris à charge totalement par notre fédération ou organisme d'état. Nous devons convaincre des partenaires privés passionnés de sport et de ses valeurs. Comme le groupe Le Saint spécialisé dans les fruits et légumes, qui possède une filiale dans mon village à Mazères et avec qui le contact est de suite passé. Le très haut niveau apporte une rigueur essentiel dans tout ce qu'on fait. J'ai ramé après mon titre de champion du monde junior. Je me suis toujours battu car je savais que si j'avais eu le potentiel pour être le meilleur diu monde à une époque, je le retrouverai un jour à force d'y croire".

Son rayon d'action a singulièrement progressé depuis quelques mois. Quentin Lafargue a saisi sa chance pour se porter comme un des grands futurs noms de la discipline. Encore en point de mire, une qualification pour les jeux olympiques de Rio de Janeiro, qui serait ses premiers jeux olympiques. " Mon objectif est de faire partie des trois sélectionnés titulaire à la vitesse par équipe. En individuel, à la vitesse ou au keirin (le kilomètre n'est plus discipline olympique), deux places sont réservées par nation. Derrière François Pervis ou Grégory Beauvé, je me bats pour en faire partie. Les derniers résultats me donnent confiance car j'ai obtenu une première médaille à des mondiaux en senior, une troisième place en vitesse. Et une 4ème place à deux dixièmes d'une médaille de bronze au kilomètre. L'ambiance était extraordinaire aux derniers mondiaux de Saint-Quentin. La piste de 250 mètres est un bijou. Ca m'a motivé devant mes proches et ami(es) pour aller faire un résultat".

Dans la meilleure forme de sa carrière, il espère prendre l'aspiration pour passer un à un devant ses derniers concurrents. Les derniers mètres sont toujours les plus durs dans cette quête. Avec une volonté de fer et un mental à tout épreuve, Quentin Lafargue a toutes les qualités nécessaires pour se révéler en pleine lumière à la prochaine olympiade brésilienne. 

Christophe Marchand

Plus d'information sur le site à nous la vie sur Quentin Lafargue.