Ce premier derby du Poher a déçu dans sa qualité

Le 06/12/2016


A la fin de la première période, la buvette du stade Marcel Rivoal commentait allègrement ce premier derby entre les Toros de Plounévézel et les DC Carhaix, en promotion d'honneur, groupe C. L'attente fut sans doute placée trop haute pour donner une pleine expression de la qualité de ces deux équipes. Les spectateurs, déçus par cette mièvre première mi-temps, sont repartis frustrés par la qualité du spectacle. Dans ce constat, le terrain était mis au premier ban des accusés pour sa dégragation rapide. Par contre, il était le même pour les deux équipes. Les DC Carhaix pourront regretter leur rendez-vous manqué, les Toros Plounévézel conservent leur invincibilité à domicile, seulement une défaite à Marcel Rivoal en championnat en janvier 2016 (1-1). Photo une: Fanch Hemery 

Les Toros reviennent dans le match grâce à Anthony Le Guen, à la 83ème minute.

Photo historique pour ce premier derby en championnat de ligue

Manu Brasseur voulait tellement jouer ce match face à son ancienne équipe des DC Carhaix. Photo: Fanch Hemery

L'entraîneur du Stade Brestois, Jean-Marc Furlan simplifie dans le choix de ses mots la complexité des enjeux du football. Quand Thomas Lavaud, journaliste à France Breizh Izel, interrogeait le coach Brestois, à la sortie de leur qualification à la GSI Pontivy pour les 32ème finale de la coupe de France, il eut cette réponse pleine de sens et de justesse (0-3). " La différence entre deux équipes au 8ème tour de la coupe de France ne se situe pas dans le jeu, mais dans la capacité de ces deux équipes à être la meilleure dans les deux surfaces de réparation. Ce soir, nous avons été meilleur que la GSI dans ces deux surfaces". Intéressante perspective, qui résume tant de matchs, dans les discours finaux. Aussi captivante l'analyse de l'ancien sélectionneur des Pays-Bas, Léo Beenhaker, ce dimanche, dans le "Sunday Times" sur cette surface de vérité pour tout joueur de football professionnel ou amateur. " Avant que vous recevez la balle, vous devez être dans le mouvement, savoir où est le bon déplacement, où le joueur doit être. Ensuite, quand la balle vous arrive dans la surface, le joueur ne doit penser à rien d'autre. Il y'a une part d'automatisme. Dans la surface de réparation, c'est très important d'avoir un esprit clair".

Ramené à l'analyse du derby entre les Toros de Plounevezel et les DC Carhaix, les locaux ont arraché un match nul qu'ils ne méritaient pas forcément tant les DC Carhaix avaient les armes pour plier cette rencontre. Or, dans le jeu, Carhaix a été supérieur. Sans contestation possible. Mais dans les 16 mètres, les deux équipes ont fait jeu égal. Plounévézel ne pouvait prétendre qu'à un coup de pouce dans les pieds arrêtés. Manu Brasseur, l'avant-centre local, tenait bien sa place mais affichant vite une nervosité sur le terrain. Juste remis d'une grosse entorse, il ne pouvait pas être à 100% face à son ancien club. Comme Julien Quenet, le meilleur buteur des Toros sur l'année historique de la montée en PH en 2015/2016 avec 29 buts, affaibli par un coup reçu involontaire reçu en première mi-temps. Néanmoins, par deux coups de patte, sur coup-franc, il a rappelé la qualité de sa frappe. 

Les DC Carhaix ont frappé les premiers avec un but de Lylian Kerhoas à la 33ème minute, quatre minutes après son entrée sur le terrain à la place de Jason Renciot. Mathieu Lostanlen, le portier des Toros était battu grâce à un plat du pied parfaitement exécuté. Ce même Lylian Kerhoas avait la balle du break vers la 75ème minute en se présentant seul face au gardien de Plounevezel, mais cette fois-ci, à l'image de Barthez face à Ronaldo en finale de la coupe du monde 1998, il capta carrément sa frappe de près. Il était écrit que Carhaix avait trop gâché pour sortir indemne de ce derby. Surtout pour une équipe de bas de tableau qui n'arrive pas à maîtriser un match dans ses 90 minutes. Sur un moment de déconcentration et une mauvaise interprétation, les DC Carhaix relançaient Plounevezel en offrant le but de l'égalisation avec le rentrant Anthony Le Guen, qui avait tout compris. A la 83ème, le remplaçant restera comme le premier buteur de l'histoire des derbys entre les Toros de Plounévezel et les DC Carhaix.

Pour les joueurs de David Huellou, la satisfaction d'une force mentale pour revenir dans un match où Plounevezel a joué en-deça de leur niveau réel. " Ca n'a pas été un grand derby. L'enjeu a peut-être tué le jeu. On avance petit à petit. Le chemin est encore long pour le maintien en PH. En première mi-temps, nous étions mal organisé en milieu de terrain. On repasse à un six et deux 10 en seconde mi-temps. Je n'oublie pas qu'il y'a 4 ans, le club jouait en D3. Notre progresion passe par ce type de match. J'ai aimé notre capacité à rester dans le match et à y croire jusqu'au bout", affirmait David Huellou, l'entraîneur-joueur des Toros de Plounévézel. Quant aux DC Carhaix, les regrets étaient fortement présent. Cette équipe donne un sentiment de fausse maîtrise de ces matchs. Agréable dans le jeu, elle a le défaut de toujours laisser croire à l'adversaire qu'il peut gagner ou revenir. A tout niveau, les équipes adverses le ressentent et attendent juste ce moment de décontration des DC Carhaix dans leur attitude (1-1).

Christophe Marchand