Le 21/02/2018

L'US Landeleau, le promu s'enhardit

Le fossé entre la D2 et la D1 s'avère large pour les promus mais l'US Landeleau est arrivée sans complexe. Calés en milieu de championnat, les marcassins ont réussi une poule aller régulière et prometteuse, avec à la barre, un des plus entraîneurs d'une équipe première dans le Sud-Finistère, Florian Le Coent, 26 ans. Extrêmement diffcile à jouer, l'US Landeleau est l'équipe qui a le moins perdu de la saison dans cette poule D de D1, devant les ténors comme Briec ou Edern Sports. Auteur de trois victoires, sept matchs nuls, et deux défaites, les Landeleausiens joueront une partie très importante pour le maintien, ce dimanche, à Pleyben.

Première réussie pour Florian Le Coent à la tête d'une équipe première senior à l'US Landeleau.

La victoire conte Châteaulin B (3-1), le nul face à Edern (1-1) ou la courte défaite face à Briec (3-5) a révélé les valeurs d'équipe de l'US Landeleau. Citadelle presque imprenable sur ses terres, les Marcassins voyagent bien aussi, accumulant les scores de partié à défaut de victoire. A Pleyben, ce dimanche, ils veulent faire un coup pour se rapprocher d'un maintien en D1, leur objectif de départ. " Nous apprenons pour notre première année à ce niveau. Le match reporté à Briec n'est pas notre priorité car nous aurions joué amoindri sans gardien même. Depuis la reprise, nous avons le match de Pleyben dans nos têtes. Nous voulons faire un coup là-bas. On sera prêt et déterminé pour ce match décisif pour notre maintien. Les joueurs accrochent. Le mercredi, avec les études, nous ne sommes que 8 à 10 aux entraînements mais le vendredi, nous approchons les vingt", remarque Florian Le Coent.

Au dernier mercato, les Marcassins ne se sont pas trompés en recrutant le meilleur buteur de cette équipe, Hugo Le Doucen, à Plonévez du Faou et deux gardiens, Pierre-Yves Quiltu (DC Carhaix) et Ulrich Lhostis (Spézet), avec le retour de Kévin Rohou (US Kergloff) ou de Nicolas Le Goff (Châteaulin B). L'entraîneur de la montée, Jean-Yves Morvan a pris du recul en réserve en D3 pour confier les rênes de la première à un jeune du crû, Florian Le Coent. " C'est un club très famillial. Sur les 14 joueurs en première, nous sommes presque tous originaire de Landeleau. Nos jeunes partent souvent en jeunes vers Spézet, Pleyben ou Plonévez du Faou, avant de revenir en senior. Le poste d'entraîneur, j'ai accepté car le football est ma passion. A 26 ans, je ne peux plus trop jouer à cause après une rupture des ligaments croisés au genou. C'est une manière de rester proche de ce milieu. J'aime cette fonction. Elle est passionnante, exigeante, agréable et dévoreuse de temps".

Pour cette première expérience au pied levé, il se débrouille très bien en ammenant cette jeune équipe à l'esprit solidaire et sans faille sur le terrain. Dans l'état d'esprit, ils bousculent la hiérarchie dans ce groupe, en espérant tenir et faire la différence sur les matchs clés.