Les Paotred Briec ont fêté leurs 90 ans

Le 04/06/2018


Ce samedi après-midi, les Paotred Briec ont fêté leurs 90 ans, autour d'une journée en commun au stade, poncuté d'un dîner de gala à la salle Arthémuse. 70 à 80 personnes avaient répondu à cette invitation du club briécois. Notamment sept joueurs du moment phare des Paotred Briec du 7ème tour de la coupe de France à Orvault (DSR) en 1997/1998. Alors en D1, ce petit poucet avait fait route jusqu'au 7ème tour pour être battu 2-0 par les Ligériens. Ce samedi, les Claude Habasque, Dominique Grouzeille, Fred Stervinou, Johan Frabolot, les frères Perrot, Eric et Didier, se sont rappelés à ses beaux souvenirs. Tout comme l'ensemble des dirigeants autour du président Yannick Moelho et de Loïc Jéhanno. Jean-Yves Gléhen, autre homme à tout faire du club rouge et noir, avait disposé sur la table l'ensemble des calendriers sportifs de 1977 à 2018, avec l'évolution année par année de figures du club comme Gaby Bounéa. Revenus à l'étage supérieur avec une montée en R3, les Briécois avanceront avec un nouvel entraîneur-joueur à leur tête, Steeve Frouin, remplaçant Arnaud Le Signe. Le gros point noir, au cours de la saison, a été la relégation de l'équipe réserve en D4. Un sacré fossé pour l'an prochain à combler d'urgence sur les années à venir.

Unbe partie des héros de l'aventure du 7ème tour de la coupe de France en 1997/1998.

" Cette journée est importante pour marquer l'attachement de tous à ce club. On se revoit toujours avec plaisir. Cette année a été la satisfaction de la montée en R3 avec une très jeune génération de Briécois. Les Maxime Lestanc, Gwendal Messager, Nicolas Moelho, Baptiste Bronnec, Noah Rannou jouent ensemble depuis l'âge de 7 ans. Ils sont 5 U20 en équipe première, avec des Adrien Le Moigne ou Nathan Pendu qui ont juste quelques années de plus. On tient un bon groupe que nous allons essayer d'améliorer tout en mettant en priorité sur des joueurs avec un bon esprit", assure le président Yannick Moelho. Avant de se plonger sur l'année prochaine, les Briécois ont fêté jusqu'à tard dans la nuit pour certains toutes ces années passés sous le même maillot.