Le 05/02/2021

SOUVENIRS & NOSTALGIE. Alan Boivin, la double lame du Châteaulin FC

25 septembre 2016. Une activité permanente sur le front de l'attaque, Alan Boivin, 26 ans, a encore donné une pleine étendue de sa générosité constante en match. Seule pointe du système Châteaulinois en 4-2-3-1 de Didier Hascoët et Sébastien Brabant, il a rendu une copie parfaite en étant décisif à deux reprises,à Charles Pinson, avec un repli défensif en premier rideau de grosse qualité. Sa valeur n'est pas seulement dans son scoring but mais aussi dans sa débauche constante d'énergie pour l'équipe. Il n'en perd pas sa lucidité devant le but malgré les kilomètres d'efforts lâchés en 90 minutes. Il fut proche d'un hat-trick quand il intercepta une relance mal assurée des DC Carhaix à la 89ème minute mais son tir enveloppé des 25 mètres trouva la main in-extremis de Florian Mell. Le buteur de Dinéault a régalé ce samedi soir, donnant la qualification au Châteaulin FC, qui a façonné une recette maison basée sur un collectif sans faille, une assurance pour aller loin dans cette compétition.

Avoir un joueur comme Alan Boivin sur le grill pendant 90 minutes relève d'un vrai défi de concentration pour les défenses, car il vous harcèle dans la surface de réparation sur tous mouvements de Châteaulin mais aussi dans vos relances défensives en effectuant un pressing quasi-constant pendant une rencontre entière. Dans son profil, il se rapproche beaucoup de l'ex-attaquant des Paotred Dispount, Adrien Guichaoua, parti sur Rennes pour raison professionnelle. Aussi généreux et dévoué à une entité équipe, et à une moindre raison à l'avant-centre de l'AS Plobannalec-Lesconil, Tony Felici. A 26 ans, il arrive dans ses meilleures années. Et pourtant, il avouait lui-même être à court d'entraînement. " Avec mon travail de chauffeur-routier, je ne suis pas entraîné depuis deux semaines. Et je suis encore sur Landerneau la semaine prochaine donc je ne serai pas aux séances, cette semaine. En revanche, je tiens ce physique d'une bonne préparation foncière d'avant-saison. J'allais à deux ou trois séances par semaine. On fait les efforts les uns pour les autres. C'est notre mentalité. Je m'inscris complètement dedans. Mes buts, je les dois à Dorian Leostic et Thomas Lagadec, après je n'ai plus qu'à la pousser au fond. J'étais en manque car je n'avais plus marqué depuis un mois avec un pénalty au 2ème tour de la coupe de France, à Châteauneuf du Faou. J'avais offert deux passes décisives contre Quiberon. L'important est que l'équipe passe ce tour".

Nous voulons être la première équipe de Châteaulin à aller au 6ème tour

En championnat DSR, le Châteaulin FC visera le championnat R2 en 2016/2017. L'aventure de la demi-finale de la coupe de Bretagne en 2015/2016 où Alan Boivin fut un acteur déterminant, a donné de l'appétit à un groupe, qui par ses valeurs morales, rappelle des écuries qui ont souvent réussi dans le Sud-Finistère, en coupe de France, l'US Concarneau et l'AS Plobannalec-Lesconil. Des valeurs de guerriers, un esprit costaud mentalement et une vraie bande de potes dans la vie. D'ailleurs, un détail rappelle cette unité dans un moment soudain d'après-match. Comme beaucoup de joueurs de l'US Concarneau à leur victoire en coupe de France contre Dijon ou Niort, ils sont allés ensemble à la buvette partager cette qualification avec leurs ami(e)s et supporters, avant même penser d'aller à la douche. " L'objectif est d'aller le plus loin possible dans cette compétition. Le club n'a jamais été au 6ème tour de la coupe de France. Nous voulons être la première équipe à le faire de Châteaulin", affirme Alan Boivin. Un discours exactement similaire à Nicolas Cloarec, le coach de l'US Concarneau, quand il affirmait vouloir aller plus loin que les 16ème finale de coupe de France, record à l'époque du club de l'US Concrneau en 1981 et 1986, aujourd'hui repoussé en quart de finale. Cette équipe de Châteeaulin FC est un mur où les accès sont rendus étriqués pour leurs adversaires. La solidité est une force motrice de ce collectif. Alan Boivin, inépuisable travailleur dans ses replis et chasseur dans ses phases offensives, le décrit à merveille.

Christophe Marchand

Mentions légales