Le 02/03/2015

En avant Concarneau. La fièvre du jeudi soir

Le parcours de l'US Concarneau a dépassé le cadre de la ville bleue. L'effervescence monte tout autour de la Cornouaille. Des cars seront affrêtés spécialement pour rejoindre Lorient, ce jeudi soir. Le gardien de but Thonier, Ivan Seznec a été le plus gros vendeur de tickets chez les joueurs. Dans son secteur de Plogastel Saint-Germain, Gourlizon, Plonéis, plus de 300 billets ont déjà été achetés. A l'IUT Quimper, les étudiants Quimpérois sont mobilisés à fond derrière les Concarnois. Et pour cause, plusieurs joueurs comme le capitaine, Guillaume Jannez, Cyril Benamara, Gaétan Arguilhé ou aujourd'hui, Guillaume Gégousse, Maël Ilien, Florian Le Joncour, ont inscrit leur scolarité étudiante à travers l'établissement quimpérois. Leurs collègues de promotion ne manqueraient pour rien au monde ce quart de finale de la coupe, au Moustoir, ce jeudi soir, à 21h. 88 places demandées, 75 vendues, ce jeudi midi, un car partira de Quimper et plusieurs étudiants rejoindront directement Lorient, en voiture. Reportage au coeur de l'IUT Quimper.

La chaîne de solidarité étudiante joue à plein pour le match US Concarneau - EA Guingamp.

Dès le tirage au sort connu contre Guingamp, l'IUT Quimper, par l'action de Antony Le Bras, responsable du centre des formations des apprentis, et Nathalie Renault, professeure en Gestion des entreprises et administration (GEA), est passé en mode action pour soutenir les étudiants Concarnois, dans leur quart de finale de la coupe de France. Après un questionnaire en ligne déposé sur doodle, la réactivité étudiante a été instantanée pour faire partager d'un intérêt grandissant à être de ce rendez-vous historique. " Nous y songions déjà au tour précédent, à Croix. La distance et le peu de places mis à disposition rendaient l'opération difficilement réalisable. Les places à 17 euros avec le car et 12 euros pour le billet simple sont partis de suite. Alors que nous étions en période de vacances scolaires, la demande a été très forte. Surtout dans les sections comme en GEA ou au CFA où les Concarnois sont représentés. Pour l'IUT Quimper, ce type de déplacement représente une grande première et nous sommes très heureux et fiers de le faire!", souligne Nathalie Renault.

Passé par l'En Avant de Guingamp au centre de formation de ses 15 à 18 ans, Florian Le Joncour, le défenseur de l'US Concarneau, jouera face à son ancien club. En première année GEA, l'étudiant-footballeur a déjà fait l'unanimité par le parcours réalisé de l'US Concarneau. Toute la semaine, sur le campus de l'IUT, il est celui qui a le plus mobilisé d'étudiant(e)s à aller voir ce match. " C'est en effet dans sa section où nous avons vendu le plus de billets pour le match. Notamment dans sa promotion de travaux dirigés, pratiquement tout le monde, dont une très grande majorité des filles, assistera au match", précise Nathalie Renault. 

Pauline et Alice mènent en parallèle leur étude de première année de GEA avec Florian Le Joncour. Elles assisteront au match pour soutenir leur camarade de promotion. " C'est un évenement. On suit son aventure. J'aime bien le football. Je suis de Riec/Belon mais j'ai suivi ma scolarité au lycée Pierre-Guéguin à Concarneau. Je viens surtout pour Florian, pour l'encourager. Ca sera mon premier match de l'US Concarneau", indique Alice. Quant à son amie, Pauline, aussi Riécoise, l'aventure de l'US Concarneau a été suivie assidûment. " Nous avons suivi tous les matchs via les réseaux sociaux. Nous sommes tous très content pour Florian. C'est exceptionnel ce qu'il vit en ce moment. Tout comme Alice, je me déplace pour Florian, pour soutenir son équipe. On prendra le car pour aller à Lorient. Parfois, je vois voir l'équipe de Riec/Belon, les dimanches, jouer en D2"

A chacun son camp

Sans passe-droit, avec une présence de 35 heures de cours par semaine à l'IUT, Florian Le Joncour forme la charnière centrale de l'US Concarneau avec un ancien de l'IUT Quimper, Guillaume Jannez (DUT Gestion Logistique et Transports). Il apprécie particulièrement l'ambiance, notamment le fait de couper avec le football avec d'autres jeunes de son âge. " L'IUT représentait le meilleur compromis de travail. On est bien encadré et soutenu par les professeurs. On est moins libre qu'à la faculté mais c'est une bonne chose de se reposer sur des structures". Pour Nathalie Renault, l'amalgame se fait très rapidement avec les jeunes de leur âge. " Il n'y a pas de distinction. Ils se fondent très facilement dans l'ambiance de leur promotion. Il y'a même une forme d'admiration car ils sont parfaitement structurés, volontaires et cadrés. Ils arrivent à combiner plusieurs choses en même temps".

Des 80 étudiants de l'IUT, présent au match, le soutien ne sera pas qu'à 100% pour le petit poucet de la compétition. Dans ces filières spécialisées et professionnalisantes, les étudiants viennent très souvent de l'ensemble des départements Bretons. Comme Jean-Christophe, en 2ème GEA, et supporter invétéré de l'EA Guingamp. " C'est un clin d'oeil superbe que mes deux années d'étudiant à Quimper ont coïncidé avec deux faces à faces Concarneau - Guingamp en coupe de France. Je suis originaire de Loudéac et j'ai découvert le football et l'EAG avec l'époque des Didier Drogba et Florent Malouda. Toute ma famille supporte Guingamp. Je vais au stade du Roudourou, depuis que je suis gamin. Le parcours de Concarneau en coupe de France ressemble à celui de Guingamp en coupe d'Europe. Ca sera un match compliqué, un vrai derby breton. Pour Concarneau, ils joueront le match de leur vie. Florian, que je connais bien, sera sûrement dans la zone de Claudio Beauvue. Je vois un 1-3 pour Guingamp".

Les déguisements, maquillages et les banderoles à l'effigie de l'USC se prépareront sûrement pour vivre le match d'une façon la plus passionnelle possible. Quand vos camarades de promotion ou de vos années étudiantes sont sur la pelouse pour un évènement historique, le coeur vibre forcément plus fort pour cette colonie d'étudiants Quimpérois. Comme pour l'ensemble des 18.000 spectateurs massés, en ce jeudi soir, au Moustoir, pour la fièvre des quart de finale de la coupe de France. 

Christophe Marchand

Mentions légales