Le 06/03/2015

Claudio Beauvue. La morsure du cobra

Remuant, agile, monté sur ressort dans ses accélératons, Claudio Beauvue représente la parfaite réincarnation d'un cobra, dont le venin immaculé de force a chaviré les espoirs de l'US Concarneau. Cet animal dont le don est de gonfler son cou lorsqu'il est excité, une malice supplémentaire pour tromper son adversaire sur sa taille réelle. Comme Le Guingampais, sur coup de pied arrêté, avec son 1,70 mètre, muni d'une détente sèche prodigieuse. Calme et assagi à l'extérieur des terrains, il connaît une métamorphose totale de son attitude sur le terrain. Par ses courses, son regard concentré et fixé sur l'essentiel, il rappelle avec un mimétisme bluffant Thierry Henry. L'attitude est la même. La rage après un but, qui fait ressortir une concentration et une volonté extrême, le Guingampais est en lévitation totale sur cette année 2014/2015. Son coup-franc, brevété par Juninho, contre Concarneau a été de toute beauté pour faire tomber le petit poucet de la coupe de france à la dernière minute de ce quart de finale, ce jeudi soir, au Moustoir (1-2).

Jérémy Sorbon congratule Claudio Beauvue, pour son second but. Crédit photo: Patrick Tellier   

La face du match de ce quart de finale de la coupe de France entre Concarneau et Guingamp a complètement changé de destinée avec l'entrée en jeu de Claudio Beauvue. Même si Guingamp avait haussé le rythme en seconde période, après s'être fait sérieusement bouger par la furia Concarnoise entre la 10' et la 45'. La domination Guingampaise pouvait être contrôler, voir freiner par l'arrière-garde locale. Or, le Guadeloupéen de Saint-Claude a donné un aperçu de sa nouvelle dimension prise en quelques mois. La métaphormose est liée à son attitude tranchante et déterminée. Dès son entrée sur le terrain, son regard trahissait une envie de piquer l'US Concarneau. Il n'était pas dans la tergiversation, mais dans l'action, comme quelqu'un sûr de sa force et de son fait. Il maîtrise! Il bat la mesure pour être le joueur décisif, en toute circonstance de cette équipe Guingampaise, solide qui compte sur son soliste pour faire ressortir l'oeuvre collective. Son doublé à Salonique, en décembre face au PAOK, en Europa League dans un match couperet (1-2), fut le point de départ d'une nouvelle carrière, rangée dans une catégorie de joueurs spéciaux, capable de se sublimer sur les grands rendez-vous. Il présente un sentiment de ne jamais être satisfait, de ne pas s'apesantir sur la tâche réalisée mais de se tourner constamment vers la prochaine marche à gravir.

Rendu plus fort par son parcours

En ce sens, il rappelle un autre Guadeloupéen, ayant grandi aux Ulis en métropole, Thierry Henry. A ses débuts, à l'AS Monaco, sa capacité de vitesse et d'élimination étaient fulgurantes. Son passage à la Juventus de Turin en 1999/2000 avec un glissement parfois, au poste de latéral gauche, sous Marcello Lippi l'avait endurci. Arsenal a forgé un compétiteur à toute épreuve, un joueur, meilleur buteur de l'équipe de France, qui a avoué récemment avoir joué pratiquement la totalité de ses matchs professionnels blessés ou diminués. Claudio Beauvue, après un apprentissage difficile, jugé trop juste pour le football professionnel par Laurent Guyot au FC Nantes, a fissuré la carapace pour changer aujourd'hui de statut. Comme l'EA Guingamp avait été un tremplin pour Didier Drogba et Florent Malouda, il le sera sûrement aussi pour Claudio Beauvue, à la fin de la saison. Au Moustoir, les Concarnois se souviendront tous de cette frappe formidable sur coup-franc à la 90', avec un toucher de balle Juninhesque. Le cobra a frappé! Il avait tenté en vain à trois reprises entre la 70' et la 80'. Preuve de sa capacité à se remettre en configuration de suite, pour être dans la projection de l'action suivante et non précédente. La caractéristique des grands joueurs qui sont habités par une grande confiance et estime de soi. 

Christophe Marchand

Mentions légales