Le 02/12/2017

L'US Concarneau a été énorme!

Le stade Guy-Piriou avait revêtu ses habits de lumière. En mode coupe de France, deux ans après un 16ème finale de la coupe de France, face à Troyes (1-3), l'US Concarneau retrouvait par ce choc du Finistère contre le Stade Brestois, ce parfum si différent et particulier de la coupe de France. Ce derby entre les deux meilleures équipes du Finistère a donné son verdict en faveur de l'équipe supérieure hiérarchiquement. Oui, le Stade Brestois pendant 80 minutes, a géré son match parfaitement. Le tournant de ce derby a été à la 75ème minute quand Habib Diallo a tapé la barre à 0-2. Et Concarneau s'est transformé en un volcan en éruption. Endormie trop longtemps, la lave est venue du pied de Vincent Richetin, auteur d'un coup-franc sublime à la 80ème minute, copié par Saïd Idazza, qui profitait d'une mauvaise relance axiale de Alexandre Coeff. Deux lucarnes en trois minutes pour un retour à la 83ème minute. Le scénario était dingue! Il versait dans l'incroyable avec ce but de la qualification pour les 32ème finale de la coupe de France de Saïd Idazza à la 92ème minute. Guillaume Jannez, Maxime Toupin, Maël Illien, Guillaume Gégousse, Herman Koré, Vincent Richetin, six joueurs historiques de l'US Concarneau, dans ses parcours de coupe de France, ont fini le derby dans le 11 Concarnois. Ils reverront une nouvelle fois les 32ème finale au terme d'un match absolument génial dans sa partie finale (3-2, ap).

Kelly Irep sur son aile

Les deux capitaines, Guilaume Jannez et Bruno Grougi

3953 spectateurs pour ce 8ème tour de la coupe de France

Vincent Richetin a tenté de secouer le joug concarnois.

Les 1.300 places de la tribune centrale prises d'assaut pour ce 8ème tour

Anthony Weber et les Brestois, très compacts à Guy-Piriou

Duel dans les airs entre l'US Concarneau et le Stade Brestois

Le bloc brestois a vraiment le dos rond, sur l'ensemble de ce derby.

Vincent Richetin, auteur d'un but exceptionnel des 25 mètres.

Bien rentrée dans son match de la coupe de France, l'US Concarneau (National) jouait une place en 32ème finale de la coupe de France. Le coup pris par Thibaud Sinquin face à Marseille Consolat avait eu raison de sa participation en défense centrale avec Guillaume Jannez, côté Thonier. A Brest, l'entraîneur, Jean-Marc Furlan, avait mis au repos Gauthier Larsonneur, le gardien du Conquet, pour une titularisation de Julien Fabri. Egalement sur le banc, Julien Fausurier et Gaétan Charbonnier, deux "impact players", pouvant faire basculer un match à leur rentrée. 

Malgré une frappe de Saïd Idazza, captée par Fabbri, à la 6ème minute, l'US Concarneau n'a pas connu son pressing agressif et habituel. Endormis, à l'image d'un public plus spectateur que supporter, les Concarnois n'accrochaient à la semelle dans les duels. A la 8ème minute, le Stade Brestois alertait pour la première fois les Concarnois. Mathias Autret trouvait Jason Berthomier. L'ancien milieu de Bourg en Bresse contournait la sortie de Théo Guivarch mais ne rabattait pas sufisamment le ballon dans une cage vide. Concarneau avait eu chaud! La deuxième alerte n'était pas sans conséquence. Jessy Pi trouvait parfaitement dans le timing Habib Diallo. Maîtrisant le rebond sur sa frappe, il plaçait un plat du pied hors de portée de Théo Guivarch (0-1, 14'). 

Ce but dans le premier quart d'heure donnait un semblant d'énergie aux Thoniers. Le pressing de Malcom Edjouma fit son travail, la fougue dans les duels prenait forme. Mais les Thoniers n'étaient pas en mesure d'apporter plus dans les phases offensives. Le match ne décollait pas pour Concarneau. Brest avait pris la note de ce derby. Et Concarneau se faisait à nouveau punir par leur alignement à plat. L'espace dévolu à Habib Diallo était trop grand, contrôle, seul face au jeu, Jason Berthomier fit le bon appel entre deux défenseurs. Bien servi par Diallo, Berthomier ajustait le plat du pied du 0-2 face à Théo Guivarch, frustré du contenu de cette première période.

Le passage à deux attaquants axiaux par Nicolas Cloarec avec la rentrée de Yoann Lasimant à la place de Malcom Edjouma, voulait donner du corps et du maintien à une tenue de balle dans le camp brestois. Le Brestois, Vincent Richetin, milieu de l'US Concarneau, frappait fort son coup-franc direct des 25 mètres, capté par Julien Fabbri (52'). En face, Jean-Marc Furlan lançait ses deux jokers de luxe, sur le terrain, avec Gaétan Charbonnier et Julien Faussurier. Concarneau ne parvenait pas à donner la vitesse à ce match. Moins bien physiquement, les locaux jouaient par à coups sans continuité. Sur l'aile, Vincent Richetin servait Saïd Idazza. En vain, sa frappe n'avait pas la courbe souhaitée (61'). Concarneau était tout près d'un 0-3 quand l'excellent Julien Faussurier servait parfaitement Habib Diallo. Son toucher première intention tapait la barre de Théo Guivarch (75').

Etait-ce un signe du destin que ce match pouvait tourner encore? Et oui, de la part du Brestois, Vincent Richetin allumait un pétard des 25 mètres sur coup-franc. Magnifique dans la lucarne de Julien Fabbri (1-2, 80'). Ca promettait un dernier quart d'heure de folie, à Guy-Piriou, face à un public qui jouait enfin son rôle de 12ème homme. Il fallait ça pour Concarneau pour espérer. Brest avait perdu toute sa superbe. Trois minutes après la réduction du score, Said Idazza se mettait en mode "Vincent Richetin", avec un boulet des 20 mètres. Deuxième lucarne en trois minutes pour Julien Fabbri (2-2). Brest avait même très chaud d'ue élimination sans gloire. Maël Illien avait ce 3-2 à la 91ème minute dans un face à face sorti par Julien Fabbri. 

La prolongation allait livrer le verdict à ce match incroyable! Dominé pendant 80 minutes, Concarneau était revenu du diable vauvert dans ce derby. L'incroyable se passa très vite en prolongation face à un Stade Brestois, KO, et non remis de ses émotions par cette folie de la fin de match. Maël Illien plongeait encore de son poste de milieu axial. Cette fosi-ci, il faisait le geste parfait. Le centre en retrait dans la course de Saïd Idazza, qui contrôlait et frappait dans un but vide. Malgré une jambe brestoise, la balle filait dans le but (3-2, 92ème minute). Il fallait tenir pour l'US Concarneau! Ne pas se griser non plus car le Stade Brestois, certes blessé, avait de l'orgueil. En toute fin de première période de la prolongation, Brest, par une rotation complète de Gaétan Charbonnier avait cette balle de 3-3, mais Théo Guivarch sortait un arrêt énorme à bout portant (103'). Un quart d'heure, plus qu'un quart d"heure pour les Concarnois, pour profiter à plein de ce match qui restera dans les mémoires de l'USC, pendant longtemps.

Concarneau, avec l'aide du public, misait sur sa concentration, sur sa hargne pour aller chercher cet exploit. Le Stade Brestois jouait son va-tout. Il restait cinq minutes à Concarneau. 300 minutes à se mettre minable tout en gardant une intelligence dans son placement, dans ses duels. Gagner du temps le plus possible, miser sur l'énervement et la précipitation du stade Brestois. Dans les deux dernières minutes, Concarnreau pouvait se procurer un pénalty en pleine surface avec Idazza (119ème minute). Le public devenait en transe. Trois minutes, le temps additionnel! Brest mangeait la feuille avec un centre au cordeau de Faussurier. Seul, Habib Diallo, ratait l'égalisation. Magique! Concarneau était en 32ème finale de la coupe de France, battant 3-2 dans les prolongations, les professionnels du Sade Brestois (3-2, ap).

8ème tour de la coupe de France. Stade Guy-Piriou
US Concarneau (National) - Stade Brestois (Ligue 2) 3-2, ap
3952 spectateurs
Arbitres: M. Petit Aurélien assistés de MM. Gaillard Régis et Anthony Brémont
Score mi-temps: 0-2
Buteurs:
US Concarneau:
Vincent Richetin (80'), Said Idazza (83', 92', ap)
Stade Brestois:
Habib Diallo (14'), Jason Berthomier (43')
Avertissements:
US COncarneau:
Jérémy Drouglazet (23')
Stade Brestois:
Bruno Grougi (39')

Mentions légales