Maël Illien: " A 3-2, sincèrement, physiquement, nous étions KO"

Le 03/12/2017


L'US Concarneau est passée du stade de mourant à vivant dans ce 8ème tour dela coupe de France en 12 minutes. Le temps de la remontée fantastique face au Stade Brestois de la 80ème à la 92ème minute. Le milieu défensif de l'US Concarneau, Maël Illien revenait sur le match, cette victoire en reconnaissant un état de fatigue très avancé en prolongation, dû à une débauche d'énergie importante en première mi-temps (3-2, ap).

Maël Illien, au coeur du jeu, a encore parcouru un nombre de kilomètres importants face au Stade Brestois.

Maël Illien, milieu défensif de l'US Concarneau: " Nous avons été bousculés par Brest ne première période. Ils nous imposent leur rythme. Tactiquement, nous n'étions pas en place. En seconde période, nous arrivons à revenir au score. On reprend au coeur du jeu, une meilleure assise. On marque le deuxième de suite après. Je rate la balle du 3-2 juste avant la fin du temps règlementaire. J'y repense encore à cette action. J'ai attendu Saïd Idazza, je voulais la mettre en retrait et au dernier moment, j'ai vu un Brestois revenir à sa hauteur. J'ai décidé de frapper directement. Après, ça va vite! En prolongations, je lui rends la pareille en lui faisant la passe décisive. Sincèrement, physiquement, quand nous marquons le 3-2, on est KO. La première mi-temps nous a plombés en lâchant beaucoup d'énergie sur le terrain. En deuxième mi-temps, nous avons réussi à équilibrer. Cette première nous fait beaucoup de mal dans les jambes en toute fin de match mais nous avonsq mierux géré nos temps faibles. Nous avons été bon dans ce domaine. Garder ce balllon, et le faire tourner. Nous avons vécu un match similaire que contre notre premier match face à Guingamp (2-1, 2-3, ap). Ca ressemble! Il y'avait 6 joueurs qui avaient vécu cette aventure. Nous avons cette culture de la coupe de France entre anciens du groupe. On veut amener les nouveaux dans cet état d'esprit particulier à avoir pour réussir en coupe de France. Espérons que ça se poursuive"