Le 07/02/2018

Mamadou Kamissoko: " Je me suis décidé de suite pour venir à Concarneau"

Au côté du capitaine, Guillaume Jannez, Mamadou Kamissoko a pris la place de défenseur central en donnant la sensation d'une maîtrise de son poste face aux Herbiers, ce vendredi soir, à Guy-Piriou (2-2). Longiligne, alerte dans ses interventions, il offre une prestance au collectif concarnois. Son premier match sous les couleurs concarnoises à Guy-Piriou, a été ponctuée d'une prestation solide sur ces 90 minutes. Rassurant, empreint de motivation et d'écoute, il découvre un nouveau championnat, le National. La perception d'une rapide mise à niveau est déjà tangible. Lançant sa carrière professionnelle, à 24 ans, il arrive après des échecs, des expériences, des réussites, décidé à aller plus loin dans cette simple découverte du moment.

Mamadou Kamissoko a réussi sa première sous le maillot concarnois à domicile face aux Herbiers.

" Nous avons pris un bon point face aux Herbiers. Au  vu de la physionomie, nous pouvions mériter mieux", résumait Mamadou Kamissoko, au sortir de cette première concarnoise, à Guy-Piriou face aux Herbiers. Arrivé vers la mi-janvier au club de l'US Concarneau, après une premier match à Chambly, l'acclimation se fait progressivement. " Franchement ça se passe bien avec le groupe. Je me suis vite intégré. Ca va avec ma personnalité car je suis quelqu'un d'avenant. Je travaille au quotidien pour apporter le plus possible à Concarneau. Il reste encore beaucoup de matchs"

Remarqué par les Girondins de Bordeaux en région parisienne, il atteint le troisième niveau français, à 24 ans. Son expérience possède une capacité d'adaptation rapide, qui en fait un bon choix pour l'US Concarneau dans ce prêt du FC Lorient. " A 24 ans, je me lance dans la carrière professionnelle. Après la N2, à Bergerac ou Lorient B, j'ai un parcours atypique. Formé aux Girondins de Bordeaux, j'ai fait une année au Red Star difficile. Je pense que tout a commencé pour moi à Bergerac lors de notre montée de CFA 2 en CFA. Nous avons fait un parcours en coupe de France. Puis, Lorient m'a accueilli. Le championnat National est une étape supérieure. C'est un niveau quasiment professionnel. On peut se faire remarquer. C'est tout à mon avantage d'être venu ici, de montrer ce que je peux à ce niveau"

Ayant effectué la première partie de saison avec la réserve du FC Lorient, Mamadou Kamissoko vit ce prêt à Concarneau comme une opportunité et une fenêtre pour montrer ses capacités dans un univers professionnel. " Franchement, par rapport à la N2, il y'a une différence. Je suis un joueur athlétique. Physiquement, il faut être prêt pour tenir en National. Les contacts ont commencé entre Concarneau et Lorient. Je n'étais pas au courant. Je n'ai su que vers la mi-janvier, de l'intérêt du club à mon égard. Après mon dernier match à domicile, avec Lorient B, Régis Le Bris, notre coach en réserve, m'a pris à part pour me dire qu'il y'avait une possibilité pour signer à l'US Concarneau, si ça m'intéressait. Je suis venu tout de suite. Je n'ai pas de changement de vie, je ne déménage pas. Je connaissais déjà pour les avoir joué contre Bergerac. C'était une bonne opportunité".

Rassuré par le discours de son entraîneur, il a déjà donné un aperçu de son potentiel lors de ses deux premiers matchs réussis en National. " Le discours de Nicolas Cloarec était franc. Il me connaissait déjà. Il était venu me voir avec la réserve de Lorient. Il m'a dit clairement que c'était donnant/donnant. Que je pouvais apporter à ce groupe, mais que je pouvais revenir sur un plan personnel mieux armé dans la suite de ma carrière. Ca se passe bien pour moi. Je suis à fond dans l'objectif du maintien. Ca passera par des bonnes performances collectives et individuelles. Comme ce dernier match des Herbiers, qui est vraiment encourageant. Nous avons donné du plaisir aux spectateurs et nous en avons pris aussi sur la pelouse. On a pris nos responsabilités à domicile. Le point est important. La saison est longue. Même moi, j'ai été surpris avec le public de Guy-Piriou car c'est vraiment un 12ème homme. Ils nous ont poussés à aller chercher cette égalisation".