Le 06/10/2018

L'US Concarneau n'a pas trouvé son équilibre de jeu

La coordination d'une équipe s'avère être une horloge de précision, un savant dosage qui contribue à peser sur ses temps forts, et passer sans encombre ses temps faibles. Après sept buts encaissés en deux matchs, l'US Concarneau est partie prudemment dans sa rencontre face à Tours. L'action de la 3ème minute de Maxime Fleury, sur une tête plongeante, n'était qu'un trompe l'oeil par rapport à une équipe concarnoise, en recherche flagrante de confiance sur sa base arrière. " Notre première mi-temps fut à l'image de notre semaine. Nous avons beaucoup insisté sur l'aspect défensif. Nous avons joué avec le frein à main. On l'a desserré en deuxième mi-temps, j'y ai crû  pendant 10-15 minutes qu'on ne se libère. Le public ne nous suivra pas comme ça, c'est à nous de mettre les ingrédients sur le terrain pour aller le chercher. Face à Tours FC, nous n'avons pas réussi à l'amener derrière nous", analysait Nicolas Cloarec, le coach de l'US Concarneau.

Maël Ilien s'est démené comme à son habitude au centre du milieu de terrain.

Pourtant, cette équipe de Tours FC était bonne à prendre, ce vendredi soir. Loin de son statut d'ancienne écurie de ligue 2, elle était même en convalescence, des mots de son entraîneur, René Lobello, en proie à un effectif décimé en défense. " On est très content de l'état d'esprit affiché. Nous ne prenons pas de buts face à une des meilleures équipes offensives de ce National. A la fin, on peut même regretter de ne pas avoir été récompensé par la victoire. Nous étions malades, avant de venir à Concarneau. On a eu une bonne réaction. Contrairement à Villefranche où nous n'avions pas existé, nous avons répondu aux assauts concarnois. On n'est pas guéri mais nous avons stabilisé le patient", soulignait le coach Tourangeau.

Dans ce match, personne ne s'est livré au même moment, donnant un faux-rythme à ses 90 minutes. Une impression générale des tribunes confirmée par le portier concarnois, Enzo Basilio, auteur de son premier "clean-sheet" de la saison. " Nous sommes mitigés car nous pouvons le gagner, comme le perdre ce match. J'en ressors un sentiment bizarre. Ce fut une rencontre bizarre. Ils se contentaient de pas trop venir nous chercher, nous avons joué avec le frein à main".

Ce point du match nul, sans but, marque une rencontre stérile, qui ne s'est pas décanté sur les rares opportunités des 90 minutes. " Le match a été assez fermé. Pour marquer, nous avons manqué de spontanéité dans les frappes. A 20/25 mètres, nous n'avons pas osé de frappes. Il y'avait des situations pour mettre ce 1-0. C'est mon seul regret, ce vendredi soir", ajoute Nicolas Cloarec. Avant de reprendre l'intensité exigeante de ce championnat National, l'US Concarneau fera son apparition, ce dimanche de la semaine prochaine, au cinquième tour de la coupe de France, avec un déplacement au stade de l'Abbé Gall, à Saint-Renan, une solide formation de R1.