Le 05/01/2019

L'US Concarneau, une élimination cruelle aux tirs au but à Bastia

A une minute près, l'US Concarneau y était! Jusqu'à cette égalisation cruelle de Louis Poggi, côté Bastiais, à la 96ème minute suite à un corner, Concarneau a basculé dans une prolongation non désirée (2-2). Un an après ce même épisode à Granville en 16ème finale (défaite 3-2, ap), les Thoniers ont poussé pour trente minutes supplémentaires. Pourtant, Concarneau avait opéré de la même façon que face à l'US Saint-Malo au tour précédent en étant très réaliste à Furiani. Deux occasions, deux buts, le plan avait été conjugué au plus que parfait pour les joueurs de Pascal Laguiller. Devant un stade paradoxalement moins rempli qu'en championnat de National 3, avec 4.000 spectateurs, Bastia, leader de son championnat, a clairement fait l'étalage d'une équipe largement au-dessus du niveau N3. Les prolongations n'ayant rien donné, la séance de pénaltys a fait basculer cette rencontre du côté de Bastia. La digestion de cette défaite cruelle sera dure à vif pour l'US Concarneau.

Florian Le Joncour et les Concarnois sortis aux pénaltys par le SC Bastia.

Le dynamisme des joueurs de Stéphane Rossi s'est imprimé de suite dans cette partie des 32ème finale de la coupe de France. Le duo Genest/Santelli a mis au fer rouge la paire bretonne, Guillaume Jannez et Florian Le Joncour (10'). Dans le chaudron d'Armand Cesari, Concarneau a trouvé une recette gagnante quand l'avant-centre, Andrew Jung, servait subtilement Maxime Toupin. Arrivant en mode turbo de son côté gauche, il s'offrait un boulevard au coeur de la défense corse pour tromper de sang-froid le portier Martin (0-1, 21'). Concarneau avait réussi le bon coup. Bastia donnait encore le tempo. Enzo Basilio sortait le grand jeu face à Santelli. 

Quand Enzo Basilio ne se trouvait pas en dernier rempart, son capitaine Guillaume Jannez le suppléait parfaitement. Sur un centre du vétéran, Steve Haguy, 37 ans, Kévin Schur ajustait une frappe sauvée de justesse presque sur sa ligne par le défenseur visiteur (38'). Concarneau souffrait face à cette équipe complètement atypique pour une National 3. Les Bastiais égalisaient. Encore sur le côté gauche, Santelli frappait fort devant le but, l'enfant du pays, Michel Moretti tendait la jambe pour porter la clameur de tout un stade (1-1, 39').

A la mi-temps, Concarneau avait tenu la distance face à une équipe bastiaise entreprenante. Les visiteurs bénéficiaient même d'un formidable coup de main. A l'instar Saint-Malo, avec le lob de Thibault Sinquin, suite à une erreur de relance, les Thoniers profitaient d'une énorme erreur de Martin, le portier local, qui boxait à contre-sens la balle. Le ballon revenait pour le Plomeurois, Guillaume Gégousse, dont le lob finissait dans une cage désertée (1-2, 47'). Les visiteurs se trouvaient presque en position idéale. Avec un bloc en place, des joueurs ayant l'expérience de ces moments-clés, les Concarnois quadrillaient bien le terrain, décidés à porter une autre flèche décisive. Bastia butait sur la défense adverse. Schur trouvait Enzo Basilio (65'). Même l'avant-centre décisif, Mesbah, semblait dans un mauvais jour quand il mangea la feuille sur un bon centre de Santelli (84'). Concarneau pliait dans ce "money-time". Guibert avait encore Basilio sur sa route (90'). Concarneau avait la baraka pour se diriger vers les 16ème finale de la coupe de France. L'orage s'abattait sur les cages thonière. Après six minutes d'arrêt de jeu, un énième corner donnait un terrible coup du sort à Concarneau. Louis Poggi égalisait pour envoyer tous les 22 acteurs en prolongations. Un bonheur total pour les Bastiais, un cauchemar pour les Concarnois, qui devaient montrer maintenant des forces morales en plus de physique.

La prolongation était d'un niveau bien en-deça des 90 minutes. Les deux équipes étaient clairement fatigués et pas disposées à porter un coup supplémentaire à leur adversaire. A force d'égréner les minutes, la séance de tirs au but devenait inévitable. Les nerfs encore à haute épreuve. Heureusement,  Concarneau restait sur un cas similaire sur la plus belle page écrite du club, avec une qualification historique en quart de finale à Croix en février 2015 (0-0, 1-4 TAB). Cette fois-ci, ce scénario heureux se reporduisait pour des Thoniers héroïques dans le bouillon de Furiani. La tension était à son comble. Le jeune courageux, Gabin Guillou, ratait le tir au but du 4-4. Santelli avait la balle de la qualification, captée par Enzo Basilio. Bastia avait une nouvelle balle de match,après la frappe détournée de Fred Salem. Le stoppeur des Turchini, Yohan Bocagnano ne la ratait pas. Bastia se qualifiait, Concarneau sortait de la coupe de France avec une énorme frustration.

32ème finale de la coupe de France. Stadce Armand Cesari à Furiani
SC Bastia (N3) - US Concarneau (National) 2-2 (5-4 TAB)
Buteurs:
Bastia: Santelli (39'), Poggi (96')
Concarneau: Toupin (21'), Gégousse (47') 

Mentions légales