Le 21/01/2021

DANS LE RETRO : A nous la coupe de France. Les 16 joueuses du Roz Hand'Du 29

25 avril 2015. Ce dimanche, à 13 heures, les filles du Roz Hand Du 29 de Matthieu Bourbigot et Tugdual Tanneau, 2ème en prénationale, jouent Saint-Laurent de Chamousset (Rhône), en finale de la coupe de France régionale, à la halle de Coubertin, à Paris. En amont de la grande finale nationale masculine entre Nantes et Paris Saint-Germain, la pression monte pour accomplir un exploit historique dans le handball Breton. Paris est la dernière étape d'un parcours exceptionnel. La dernière bastide à prendre pour laisser éclater une joie totale et immense. La présentation individualisée par le coach, Matthieu Bourbigot, des 16 filles retenues pour disputer cet évènement unique.

Pauline Gloaguen, gardienne, 22 ans: " Elle est arrivée au club du Quimper Handball en 2012/2013. C'est sa troisième saison au Roz Hand Du 29. Nous étions en déficit alors sur le poste de gardienne. Une joueuse qui rassure sa défense, sereine, posée, au tempérament calme. Nommée capitaine de l'équipe, elle le méritait car elle n'est jamais dans le conflit et retire toujours le positif d'une situation"
  Christelle Guerba, gardienne, 34 ans: " La seconde gardienne de l'effectif. A fond tout le temps. C'est le caractère opposé de Pauline. Elles sont très complémentaires en ce sens. Elle est plus accrocheuse, plus explosive, plus démonstratrice dans son jeu. Un bon comportement. Elle est notamment très forte dans les duels en face-à-face"
Camille Gaubert, 18 ans, gardienne: " Une nouvelle joueuse qui nous vient de l'AL Concarneau. Elle est de Rosporden. Un grand gabarit qui se donne les moyens dans le temps. Elle y arrivera car c'est une fille qui travaille et qui se laisse le temps de l'apprentissage"
 Adélie Lhelguen, 22 ans, ailière/arrière : «  Une nouvelle joueuse transfuge de Locmaria. C’est une première saison difficile pour elle car elle n’a rejoint le groupe qu’en novembre quand l’année était déjà lancée. Elle a eu une blessure de plusieurs mois. Elle a envie d’avancer. Elle est en complément sur certains postes. Polyvalente, elle s’est parfaitement fondue également dans la mentalité de l’équipe »
Marion Lecoq, 22 ans, arrière : «  C’est une vraie « snippeuse ». Une capacité exceptionnelle à marquer des buts improbables. Elle a du caractère mais elle a réussi à s’intégrer dès sa première saison au Roz Hand’Du 29. Elle arrive du club du Cap Sizun. Une athlète avec de très grosses qualités de vitesse et physique. Elle est dans l’apprentissage sur la compréhension du jeu »
 Amandine Sinquin, 25 ans, pivot: " La pivot de l'équipe! Une fille à la culture handball correct mais qui a un sens inné du but. On peut le travailler mais il y’a une grande part d’instinct dedans. Elle est très attirée par le ballon. Une envie exceptionnelle de la 1ère à la 60’ "
Anaëlle Fiche, 15 ans, demi-centre : «  Une future grande joueuse. Au-dessus tout simplement. Encore là, il y’a une grande part d’inné, une vision du jeu exceptionnel, des qualités physiques et un bras que très peu de joueuses, même à un très haut niveau, possèdent. Elle doit encore s’aguerrir mentalement. Etre moins dans le doute pour se projeter seulement sur l’action encours »
Angélique Even, 25 ans, ailière : «  Elle fait ce qu’elle a à faire avec ses qualités. Elle se fond parfaitement dans le groupe. Elle est importante car on peut compter sur elle. Elle tient le niveau quand il y’a des rotations apportées. C’est important dans toute gestion d’un match d’avoir de telles joueuses qui n’affaiblissent pas un collectif à leur entrée en jeu. Elle a progressé physiquement. Une capacité à marquer des buts en un contre un »
Clarisse Roncier-Lemée, 19 ans, ailière : "Une gauchère aux qualités physiques énormes. Elle doit se faire encore plus de mal. Une future joueuse cadre de l’équipe. Elle n’a pas beaucoup de temps de jeu. Il faut lui laisser du temps pour passer les paliers. Elle doit s’affirmer sur le parquet, travailler dans ce domaine et aussi dans la compréhension du jeu »
Fanny Quemener, 21 ans, arrière : «  Elle nous vient du Nord-Finistère. Elle possède une bonne culture handballistique. Elle connaît le handball et ça se voit. Elle fait très peu d’erreurs défensives. Elle s’est intégrée très bien au groupe »
Floriane Guevel, 17 ans, pivot : «  Elle fait partie de cette génération qui jouera la finale de la coupe régionale des -17 ans. Elle peut gagner deux finales, cette année. Elle est d’ailleurs capitaine en -17 ans. Une fille très agréable, qui se donne entièrement aux entraînements. Elle gère très bien le un contre un. Un caractère posé, qui en veut et ne lâche rien. Elle a cette capacité à sentir le jeu. Un avenir monstrueux devant elle »
Julie Rospape, 27 ans, demi-centre : «  Elle a connu des saisons précédentes difficiles avec des blessures à répétition. Elle réalise une grosse saison. A mon sens, sa meilleure saison. Elle comprend vite, est capable de mener ses coéquipières et de très bien le faire. Elle a eu deux grosses opérations au genou. Une fille sur qui l’ensemble du groupe compte beaucoup »
Juliette Puillandre, 21 ans, arrière : «  La fille à qui je fais confiance. Elle est étudiante sur Laval et s’entraîne à part du groupe. Elle revient à chaque week-end dans le Sud-Finistère pour jouer. Une technicité forte avec une grosse maîtrise du ballon. Une gauchère à la marge de progression énorme. Un jeu fait de fantaisie avec un spécial tir à la hanche, très peu répandu à ce niveau »
Marion Fiche, 24 ans, arrière: " Une valeur sûre dans l'engagement. Défensivement, c'est fort et costaud. Offensivement, elle peut plus. Elle a pris une maturité dans ces dernières saisons. Ce qui la caractérise le plus, c'est cette capacité à se rendre décisive et inventive sur le terrain au moment qu'il faut. Une gagneuse aussi comme toutes les joueuses de ce groupe"
Marion Le Noach, 26 ans, ailière : «  Un caractère de feu. Une fille très rapide et explosive, avec deux premiers appuis surprenants. Une battante mais qui doute encore un peu trop. Elle a une marge de progression intéressante. Elle doit encore apprendre à gérer plus mais elle en est capable »
Typhaine Poiraud, 26 ans, arrière : «  Une fille régulière en attaque. Elle ne rentre pas le registre d’un jeu extraordinaire mais elle est très importante en attaque. Elle sait prendre ses responsabilités quand la situation le demande. Elle ne doute jamais même si elle est mise en échec. Formée à Concarneau, elle arrive à maturité. De grosses qualités de puissance »

 

Mentions légales