Toutes les réactions de Plogonnec - Landerneau

Le 09/10/2017


En enflammant la dernière demi-heure, l'ES Plogonnec s'est jeté corps et âmes dans ce 5ème tour de coupe de France. Rangeant les complexes aux vestiaires, les écureuils ont croqué dans ce match, à l'image du capitaine Sylvain Pochic, partout sur le terrain. Devant 400 spectateurs au Peronnic, Plogonnec sort grandi de ce match et plein d'espoir pour la suite de son championnat en D1. Le seul bémol vient encore de la mauvaise gestion des coups de pied arrêtés qui leur coûtent une qualification pour le 6ème tour. En face, le FC Landerneau est heureux de sortir indemne de ce guêpier mais n'a pas élevé son niveau. La qualification est assurée même si les Nordistes paient un lourd tribut avec l'expulsion pour deux cartons jaunes de leur défenseur central, Florent Crenn et trois autres joueurs suspendus pour le match de championnat contre les Gars du Rheun de Guipavas en R1, ce dimanche. Toutes les réactions des acteurs de ce match.

Julien De Sousa, meneur de jeu de l'ES Plogonnec: " Au niveau du jeu, c'était égal entre les deux équipes. Après, ce sont les coups de pieds arrêtés qui font la différence sur ce match. On s'était dit avant le match que les coups de pieds arrêtés étaient notre point faible. Après, nous avons des occasions pour revenir à 1-2. Ca aurait pu tout changer. Celle sauvée sur la ligne par une tête d'un défenseur de Landerneau sur une frappe d'Adama Gueye, en milieu de seconde mi-temps. C'est le jeu! Maintenant, c'était une superbe fête pour le club. Trois niveaux d'éccart, ça ne s'est pas vu sur ce match. Cette rencontre nous donne confiance pour la suite du championnat. 
Florent Lenclume, milieu défensif de l'ES Plogonnec: " On réalise un bon match mais malheureusement, sur deux coups de pieds arrêtés, ils font la différence. C'est souvent ce qui se passe en coupe de France. Il y'a des secteurs clés à tenir. Ils n'ont pas d'occasions franches. Je pense qu'on a les plus belles dans ce match. Ce match se joue sur deux erreurs de marquage de notre part. Il n'y avait trois divisions d'écart sur le terrain, aujourd'hui. L'équipe peut être fière d'elle. C'est la coupe. On peut ouvrir le score. Jusqu'à leur but, on fait mal certains bons contres possibles. Le pire est que ce premier but est évitable. On peut la mettre en touche au lieu d'en corner. Après le 0-1, il y'a une main litigieuse dans la surface. Ca se siffle? Ca ne se siffle pas? Le leitmotiv de notre équipe est de ne jamais renoncer au jeu. Jean-Fanch Le Lay et Pascal Pennamen, nos coachs, veulent qu'on fasse du jeu. Les joueurs se font plaisir. C'est génial! On les a surpris aussi. Ils ne s'attendaient pas à ce match de notre part"
Jean-Fanch Le Lay, coach de l'ES Plogonnec: " Je ne suis pas déçu par la manière. Nous avons fait plaisir à nos suporters venus nombreux (400 spectateurs, 244 entrées payantes). Le groupe est performant avec une envie de bien jouer. On fait jeu égal avec une R1 sur ce dimanche mais on paie très chères des lacunes. Ces coups de pied arrêtés nous coûtent cher en ce début de saison. Déjà à l'US Quimper, on concède sur ce même fait de jeu. J'aurai voulu les forcer à 1-2 pour les pousser dans les cordes. Cette triple occasion coup sur coup, avec Adama Gueye, Loïc Prat seul au second poteau, celle-là est le tournant. Si on revient à 1-2 avec 15 minutes, le stade prend feu. Je suis content de la prestation des joueurs. On en est arrivé par la qualité de notre jeu. Il faut s'appuyer là-dessus et péreniser ça en championnat. Nous avons vécu ce moment magique d'être dans la peau d'un Cendrillon toute une journée. Cet effet dure 24 heures. Encore deux ans avant, Plogonnec se sauvait au dernier match sa place en D1. En football, tout va très vite. Ca se joue à l'expérience ce type de matchs"
Thibault Dantec, meneur de jeu du FC Landerneau: " Rapidement, nous avons eu beaucoup de mal dans ce match. On connaissait la valeur de Plogonnec car il avait des joueurs à d'autres niveaux précédemment. Le match était compliqué. Le public a joué son rôle. Après, nous avons de la chance de marquer rapidement et réussir à conserver ce résultat, pour enchaîneur sur un deuxième but qui nous met vraiment à l'abri. Ils ont des occasions importantes où nous avons de la chance de ne pas prendre de but. Vincent Laot, notre gardien a fait les arrêts nécessaires. Au final, on est au 6èmle tour. C'est l'essentiel à retenir. Ce sont des équipes contre qui nous ne jouions jamais. On ne les connaissait pas. Ils ont recruté énormément de joueurs qui venaient des niveaux au-dessus. Ce n'est pas facile de gagner sur ce terrain. Ca ne l'a pas été pour nous, ça ne le sera pour personne" 
Ronan Simon, coach du FC Landerneau: " Nous avons joué correctement à peu près une demi-heure dans ce 5ème tour. La première où on marque. Après, notre match est catastrophique. Nous avons déjoué complètement. Une équipe en face bien costaude, agressive, à la limite parfois. On aurait pu exploser. Certains de nos joueurs sont passés clairement à travers. On passe, c'est l'essentiel. Plogonnec n'est pas une mauvaise équipe de D1. Il y'avait de la valeur en face. Il ne doit pas avoir beaucoup de comme ça en D1. C'était chaud! On maîtrisait à peu près en première période. Nous avons quelques occasions. Nous ne les mettons pas au fond. Vincent Laot, le gfardien, a fait son match. En première, on peut mener 0-2, 0-3. J'ai trouvé un manque d'enthousiasme des joueurs. On prend un rouge un peu sévère. Du coup, ça fait quatre suspendus le week-end prochain, l'addition est lourde au final. En plus, on joue Guipavas.