Le 08/01/2021

Matthieu Le Roux s'éclate à la GSI Pontivy

Six matchs, six victoires, meilleure attaque et défense de National 3, la GSI Pontivy a été brillante, pour son premier trimestre 2020/2021. Autre élément significatif des joueurs de Stéphane Le Garrec, la propension à frapper fort (3-0 face au Stade Brestois B au bout de 20 minutes) et la largesse de leur victoire. Seulement un succès par un but décart à Milizac ( " Et encore, nous aurions du inscrire le 0-3 à plusieurs reprises", précise Matthieu Le Roux), et cinq autres victoires à la plus grande ampleur numérique. Arrivé en cette intersaison estivale, le Gabéricois, Matthieu Le Roux, 29 ans, a saisi cette opportunité de signer au club Pontivyen. Après une dernière année, où il décrit n'avoir pas pris beaucoup de plaisir dans le jeu aux Paotred Dispount, il se régale dans le Morbihan. " C'était clairement ma dernière année où je pouvais le faire. La GSI Pontivy m'a contacté pendant le premier confiment par Jacques Pichard et Mickaël Le Sauce. J'ai pris le temps de me renseigner avant de donner ma réponse. J'ai pris un risque, car j'étais installé aux Paotred Dispount. Peut-être trop, j'avais peur de perdre la motivation à revenir en R1. Je n'avais aucune assurance de jouer titulaire. Il fallait que je prouve, fasse ma place. Ca se passe très bien, je suis même très content de ses premiers mois à Pontivy", relance Matthieu Le Roux.

Le Gabéricois, Matthieu Le Roux, a trouvé sa place à la GSI Pontivy. Crédit photo: GSI Pontivy

Auteur de trois buts en six matchs, Matthieu Le Roux est au coeur d'une attaque de feu avec Christian Kitenge et Aimen Laraba. L'intensité et l'investissement sont même de rigueur, à commencer par l'impératif replacement défensif. " Défensivement, c'est carré. Offensivement, Stéphane Le Garrec nous laisse plus de liberté à nos mouvements. On est très proches les uns des autres quand l'adversaire a la balle. Nous marquons beaucoup mais c'est juste une conséquence de nos attaques. A toute la finalité des actions, nous sommes constamment 3 à 4 dans la surface de réparation. Les adversaires s'adaptent et défendent souvent bas à et à cinq défenseurs. Stéphane Le Garrec donne du crédit à la GSI Pontivy par son vécu, son expérience professionnelle. Il est très ouvert, est dur quand il faut l'être mais reconnait aussi quand nous avons bien joué. A 30 ans, je suis le deuxième joueur le plus âgé du groupe, derrière le stoppeur, Clotaire Duclovel (32 ans). Ce qui m'a frappé à mon arrivée, est que les jeunes avaient faim. Tout le temps, à tous les entraînements. Des jeunes comme Dylan Olivaux ou Ewen Le Cunf sont même impressionnants dans la répétition des efforts".

Débarquant dans un autre monde, lui rappellant ses années de formation au Stade Rennais et Stade Brestois 29, Matthieu Le Roux retrouve cette saveur du haut-niveau, avec un club ambitieux de retrouver la National 2. La GSI Pontivy, le Stade Pontivyen, la Saint-Colomban Locminé, Vannes OC, US Montagnarde, Auray FC, Ploërmel FC...: la densité de très bons clubs est forte dans le Morbihan.

Forcément, le contraste avec le Sud-Finistère est saisissant, encore plus dans le bassin quimpérois. " Quimper doit retrouver tout son pouvoir d'attraction et faire converger les meilleurs potentiels des clubs de son bassin, au sein d'une équipe d'élite. Il faut qu'il y'ait un club qui se détache et arrive à prendre les meilleurs éléments dans chaque club du Sud-Finistère. Le projet sportif est capital. A la GSI Pontivy, il y'a une grosse qualité intrinsèque. Ca joue propre, même avec des terrains limites. Tout le monde est là pour jouer et respecte les décisions des coachs. Personne ne fait la tête, même les remplaçants. On est là pour l'équipe, il n'y a pas d'état d'âme. Le club et l'équipe passent au-dessus de tout joueur".

Titulaire sur ses six premiers matchs, en qualité d'avant-centre, Matthieu Le Roux profite à fond de son expérience pontivyenne. Revigoré par un nouvel état d'esprit et contexte, en se remettant en question à un âge plus propice à une consolidation des acquis, il a gagné en exigence et monté son curseur en abnégation et motivation. " Il n'y a pas de secret. Quand dans ma tête, j'avais décidé de m'engager à la GSI Pontivy, je voulais être prêt dès la première séance. Je me suis préparé tout seul avec beaucoup de cardio et de musculation. J'avais un programme que j'ai respecté à la lettre", reprend le Gabéricois. Tout son acharnement dans l'ombre rejaillit maintenant dans la lumière, après cette marche frénétique de la GSI Pontivy, dans ce début de saison de National 3.

Crédit photo: DR

Mentions légales