Kévin Le Corre, chasseur de buts

Le 21/02/2017


Le but marqué par Kévin Le Corre au FC Pleuven est une caractéristique de son activité du dimanche après-midi: chasser, rôder dans la surface de vérité. Un jeu du chat et de la souris avec son défenseur, où il est ressorti gagnant au stade Jean Diraison en égalisant à l'heure de jeu pour les Tégévistes. Opportuniste suite au coup de pied de Mickaël Saam repoussé par l'arrière-garde Pleuvennoise, l'attaquant de 28 ans est arrivé à point nommé sur le second ballon pour crucifier Benjamin Craff. Blessé à la mi-septembre, au bout d'un mois de compétition, Kévin Le Corre a connu une première partie de saison tronquée. Au côté de Jordan Larnicol et Jean-Jacques Jean, la ligne d'attaque du TGV flambe de partout: 20 buts pour Jordan Larnicol, 13 buts pour Jean-Jacques Jean et 10 pour Kévin Le Corre. Une garantie offensive pour scorer à chaque match.

Kévin Le Corre a marqué, ce dimanche, à Pleuven.

Ah si seulement à Pleuven, le TGV avait trouvé un ou deux joueurs supplémentaires pour peser sur l'arrière-garde de Pleuven. Entre les trois attaquants et la défense, collée par les milieux de terrain, leTGV n'a pas réussi à trouver un équilibre qui lui aurait permis d'être bon dans l'utilisation du ballon. Trop de ballons volants, trop peu de relais en milieu de terrain pour une équipe bigoudène, perdue dans un Kick and Rush à la Britannique. Pourtant, l'état d'esprit fut le bon avec une volonté de repartir de Pleuven avec quelque chose sur le plan comptable. Une opération réussie (1-1). " 1-1, c'est un bon résultat. Même si on les avait battus 3-0 au Guilvinec, c'est une équipe de qualité. On connaissait leur parcours en coupe de Bretagne. Cette année, pour nous, c'est tout ou rien. 7 victoires, 7 défaites, 1 match nul, ça parle tout seul. On paie un manque de régularité. Notre satisfaction vient des jeunes comme Dylan Le Bec, Maxime Le Bec, qui trouvent leur place dans le groupe de la A".

Formé dès l'école de football du TGV, passé de nombreuses années par le CS Penmarc'h avec une dernière saison en 2014/2015 à 18 buts en championnat en DRH, Kévin Le Corre est repassé par son club formateur l'an dernier, en ajoutant à la casquette de buteur la fonction d'encadrant de l'équipe première au côté de Hervé Peoch. " L'intersaison a été difficile avec deux mutés seulement plombé par notre manque d'arbitres. L'an prochain, nous pourrons être plus ambitieux avec six joueurs mutés. Nous comptons maintenant deux arbitres au club avec Guillaume Le Bec et Christophe Guyader. On pourra amener plus de concurrence dans les lignes. L'objectif reste de remettre le TGV en ligue".

Restreint parfois aux entraînments, le TGV veut casser cette image d'irrégularité en championnat. La montée en ligue passera par une constance dans les résultats mais aussi par une présence plus assidue aux entraînements. " Quand nous avons été plus nombreux aux entraînements, vers la fin de l'année, c'est le moment où nous avons accumulé une série positive de résultats. A ce niveau, il n'y a pas de secret. Il faut au maximum tenir une présence à deux entraînements par semaine", ajoute Hervé Peoch. Dans l'esprit, capable de fédérer un enthousiasme et une énergie, Kévin Le Corre est sur un terrain comme dans la vie, très affable, en alerte orange à chaque passage de la balle près de la cage adverse, comme prompt à déclencher une frappe dans tout angle de tirs. Dans ce système en 4-3-3, le club du Guilvinec Treffiagat Lechiagat a cette capacité à étirer les défenses par un impact physique et un jeu usant en énergie pour les défenses adverses. Kévin Le Corre, sur son côté gauche, est le garant de cette furia mode guilviniste.