Attila Coskun: " Je joue pour mon fils"

Le 28/09/2017


" C'est notre sauveur et héros de la saison dernière. Sans son accord, nous ne serions pas montés", remarque sans détour, le président du Quimper Italia Calcio, Michele Cioce. Sans gardien pour la première, après l'arrêt en cours de saison de Omar Ba, Attila Coskun avait accepté de remettre les gants pour dépanner une équipe à défaut à ce poste si important du jeu. Ayant effectué une dernière poule retour canon en Promotion d'honneur avec 9 victoires sur les 11 derniers matchs, les Quimpérois avaient sécurisé le poste de gardien avec l'arrivée du Pleuvenois, Bruno De Quelen (FC Quimperlé, R2). En phase de reprise et trop court pour affronter les Paotred Dispount en coupe de France, Attila Coskun, 42 ans, a pallié une nouvelle fois l'absence pour réaliser sa partie. Comme à son habitude, en n'affichant aucun complexe, face à des joueurs en face dont la plupart a joué à un haut-niveau en jeunes (1-4).

Attila Coskun a retardé l'échéance en maintenant ses partenaires dans le match face aux Paotred Dispount.

Le Quimper Italia se concentrera maintenant à plein sur son championnat de R2.

" Les Paotred Dispount méritaient de gagner ce match. Je les félicite. Il n'y avait pas de différence au niveau football. Par contre, dans la tête, ils étaient plus forts que nous. La coupe de France, il faut jouer sans regret. On n'en a pas à la fin de ce match", juge Attila Coskun. En retardant l'échéance, dans un style à la Andreas Kopke, le gardien allemand, vainqueur de l'Euro 1996, boxant beaucoup de ballons sur coups de pieds arrêtés, Attila Coskun, 42 ans, peut s'enorgueillir d'avoir laissé dans ce match ses partenaires jusqu'à 10 minutes de la fin. Avec un arrêt d'envergure sur un tir à bout poertant de Corentin Le Houérou, repoussé sur la barre transversale à la 42ème minute. " Celui-là est important car si nous revenons à 1-3 à la mi-temps, la rencontre est pliée. Le pénalty de Christophe Gourmelon, je la sors presque. Je savais qu'il allait tiré sur ce côté. Il la met trop au milieu mais le ballon fusait trop pour la sortir. Je joue pour mon fils. C'est pour lui que j'ai repris le football en senior. Il s'appelle Illan et joue gardien en U15 au Quimper Ergué-Armel FC. Pour lui faire comprendre que beaucoup de choses dans la vie se joue avec la tête. Ce n'est pas une question d'âge, ni de limites. Souvent, on pose les barrières soi-même".

Présent à chaque entraînement du Quimper Italia, Attila Coskun n'a pas le parcours footballistique de ses coéquipiers, Nordine Haddu, Christophe Pincemin, Marcelo Alves, Saïf Basli, Gauthier Olu mais il compense par un enthousiasme et un mental à tout épreuve. Peur de rien, avide de challenge, il s'affirme à un rôle inattendu, celui d'une force tranquille au Quimper Italia. " Avec le retour de Brnuo De Quelen, je laisserai sûrement la place mais je ne lâcherai pas. La pire des choses est de savoir sans concurrence. On ne progresse pas en restant sur des acquis. Si je ne le pousse pas, s'il ne se sent pas en danger, il ne pourra donner le meilleur de lui-même. Je suis là pour lui faire une présence et une concurrence. Pour lui, pour moi, c'est un challenge mutuel entre gardien". Avec un tel esprit batailleur et compétiteur, le Quimper Italia puise une force habile, qui n'est pas pour rien dans sa triple accession consécutif de la D1 à la R2.