Le 06/02/2019

Marc Salaün entre à la 89ème minute pour tirer le pénalty de la victoire

Les entraîneurs, Louis Van Gaal ou Jocelyn Gourvennec avaient innové en faisant rentrer juste au moment de la séance de pénaltys leur gardien remplaçant. Un choix gagnant avec le passage en demi-finale de la coupe du monde pour les Pays-Bas, grâce à l'arrêt de Tim Krul sur un tireur du Costa Rica au Brésil 2014 (0-0, 4-3 TAB) ou Marc-Aurèle Caillard à l'EAG récemment en demi-finale de la coupe de ligue face à l'AS Monaco (2-2, 5-4 TAB). Le Cap Horn, septuple vainqueur du championnat de ligue 1 football corpo, a repris le concept en le détournant de son schéma intitial. A 1-1 dans le classico du football corpo, entre le Cap Horn et les Glénan, avec l'ouverture du score de Nicolas Deniel (73') et l'égalisation dix minutes plus tard du Gabéricois, Julien Niger (82'), le Cap Horn avait la balle de match quand l'arbitre central désigna le point de pénalty à la 89ème minute.

Marc Salaün est rentré à la 89ème minute frapper le pénalty de la victoire face aux Glénan.

L'opportunité rêvée en cas de but de mettre les Mousterlinois à 5 points derrière au classement. Le coach attitré, Lucien Priol, trouvait cette solution de l'instant. Il décidait de faire réentrer son exécuteur en chef, Marc Salaün. " Ca m'est venu à l'instinct. Si on a droit de changer le gardien pour affronter les tireurs, ça veut dire qu'on a aussi droit de changer le tireur pour affronter le gardien. En sept ans de football corpo, je n'ai vu jamais vu Marc Salaün rater un pénalty". Pour ne pas le contredire cette Lapalissade, le meneur de jeu Quimpérois, 51 ans, faisait mouche. Contre-pied parfait, le Cap Horn célébrait son coup de Jarnac inattendu. Les Glénan étaient battus (2-1). Le duel continue sur les dix dernières journées entre les deux formations, avec en arbitre, le RC Kemper, décidé à ferrailler avec les deux équipes phares de l'USACQ.

VOIR LES RESULTATS ET BUTEURS DE CETTE JOURNEE L1 USACQ

Mentions légales