Le 09/09/2020

Herman Koré, l'oeil du tigre

Gêné depuis un an, aux ischio-jambiers, Herman Koré, 34 ans, a retrouvé une partie de ses sensations, au stade du Peronnic, à Plogonnec, pour ce deuxième tour de la coupe de France. Timide lors de ses matchs de préparation, appréhendant son nouvel univers et ses partenaires au Quimper Kerfeunteun FC, il a fait comprendre en 90 minutes pourquoi le QKFC avait tant besoin d'un avant-centre de son calibre. Dès le début du match, Herman Koré avait retrouvé l'oeil du tigre, obsessionnelement focalisé sur sa nécessité d'être décisif, sur ce dimanche couperet. Une tête repoussée sur la ligne, un pied jeté pour dévier la balle dans les buts, et un doublé ont été ses faits d'armes principaux. Au-delà, sa présence, comme celle de Saïf Basli (défenseur) ou de Florian Pennanech (gardien de but), énorme sur son seul arrêt véritable du match, à la 90ème minute, fut déterminante. Sans réussir un bon match dans le jeu, le QKFC est passé avec maîtrise et sobriété à Plogonnec (0-3, R3).

Herman Koré a réalisé un match plein face à Plogonnec.

" Je ressens tout le bénéfice du travail en kiné, avec Mathieu Cariou (aussi joueur au club). Il a travaillé pendant deux mois sur cette blessure, qui me pénalisait depuis un an. C'est la première fois depuis un an, où je n'ai presque pas ressenti une douleur et me suis senti bien. C'est mon premier match abouti dans mon nouveau club. Nous avons une bonne équipe. On manque encore de vécu et d'expérience. Je n'aime pas certains aspects de notre jeu. Nous jouons trop direct en voulant chercher de suite la passe décisive. Le foot, c'est aussi des temps de pause, être simple. Par exemple, dans mon cas, décrocher, même avec deux défenseurs, et remiser, pour ouvrir sur d'autres joueurs. Nous avons besoin de cette structure et de ce cadre pour être encore plus décisif".

Extrêmement rare en profil, il l'est aussi par son attitude typique d'un buteur, en match. Dans sa manière aussi d'aborder cette compétition, qui lui a tellement réussi dans le passé, avec l'US Concarneau, Herman Koré sacralise même le but. " Quand je suis sur le terrain, toute ma concentration va à être décisif. Même sur le peu d'occasions, il faut que j'en mette une au fond. Aujourd'hui, je ne suis plus joueur de National, je suis un joueur de R2. Je n'arrête pas de leur répéter, que s'il compte sur moi pour marquer, je compte aussi sur eux pour me donner les bons ballons. Sans mes partenaires, je ne suis rien du tout car je peux faire un exploit de temps en temps mais pour être bon individuellement, il faut l'être collectivement dans une constance".

Décisif à deux reprises sur ce match à Plogonnec, le premier but, par un extérieur opportuniste venant mourir avec le bon angle dans les buts, et le deuxième en allant le chercher sur un crochet et une frappe de près, Herman Koré amène sa mentalité de haut-niveau à ce jeune groupe perfectible du QKFC. " En coupe, il n'y a pas de petites équipes. C'est du 50/50, soit nous passons, soit nous sommes éliminés. La règle, elle est simple. Plogonnec a joué au ballon, je les ai trouvés meilleur que Plonéour sur notre premier tour. La différence s'est faite sur notre efficacité et solidité. En coupe, ça suffit pour passer les tours", conclut-il.

Mentions légales