Le 06/04/2021

Mondial Pupilles: Alain Bosser passe la main, Jean-Jacques Cariou reprend le témoin

Après 10 ans, à la tête du mondial pupilles de Plomelin, 27 ans dans le comité organisateur, Alain Bosser a décidé de stopper la présidence du Mondial Pupilles de Plomelin. Crée en 1986, avec les René Tanniou, Hervé Plouzennec, Fanch Cavarlé, Yves Appéry, Jean-Paul Le Dantec ..., le Mondial Pupilles Plomelin a réussi à devenir un élément incontournable, en Cornouaille, au mois de Mai. Suite à ces deux années blanches, dues au contexte sanitaire, le Mondial tourne une page avec cette passation de pouvoir. Elle se fera dans une continuité de fonctionnement, avec l'accès à la présidence de Jean-Jacques Cariou, cheville ouvrière du tournoi, depuis 21 ans. " J'ai commencé à l'intendance, dans la partie restauration. J'étais secrétaire depuis 4 ans prenant la suite de Marcel Le Moigne. Le Mondial est devenu au fil du temps une grosse machine, qu'il faut connaître, mais aussi être connu par les personnes des autres centres, pour pouvoir le diriger en interne. Ca représente le temps de 4 jours, la mobilisation de 2.500 bénévoles sur toute la Cornouaille, 1.000 familles hébergeantes".

Légende: Le Mondial Pupilles de Plomelin se prépare déjà à l'édition 2022, après deux années blanches.

Suite à ces presque trois décennies d'investissement, Alain Bosser a décidé de stopper ses fonctions au Mondial. Il se retire aussi du comité d'organisation. " Je me retire complètement. J'arrête le Mondial. Il est temps de passer le relais, au bout d'un certain temps. En 10 ans de présidence, nous avons réussi à faire venir de 12.000 à 14.000 enfants, développer le tournoi féminin avec quatre centres, augmenter de 32 équipes le plateau, de 72 à 104. En 2011, nous avions 8 équipes professionnelles, cette année, nous aurions du monter à 30. Le budget annuel de fonctionnement est de l'ordre de 400.000 €, dont 200.000 € lié au comité d'organisation. Nous n'avons jamais bouclé un exercice en déficit".

Au niveau des clubs invités, l'AS Roma, les Red Bull Leipzig ou la Real Sociedad ainsi que des ouvertures sur la Thaïllande, Vietnam, Djibouti ou Haïti sont venus fouler les pelouses de la Cornouaille. Avec quelques regrets pour l'ancien président, Alain Bosser. " J'aurai voulu donner une nouvelle dimension au tournoi, aller vers des clubs de Champions League, comme Arsenal, Manchester City, Barcelone, Juventus Turin...., il aurait fallu ouvrir le modèle. J'aurai aimé aller vers là mais le Mondial est avant tout une magnifique fête et un évènement majeur en Cornouaille. Je resterai toujours au côté, et proche des terrains, à l'amorce du tournoi, qu'on espère tous que l'année 2022 verra son grand retour".

Mentions légales