Football fauteuil. L'effacement du handicap par le sport

Le 17/01/2017


A la salle des sports de la faculté Per Jakez Hélias, les béliers de Quimper ont avancé sérieusement leur pion pour finir en tête de leur poule Bretagne. La route de Ergué-Gabéric, lieu des prochains inter-régions d'accession en D3, s'est bien ouverte devant les coups de butoirs des Béliers. Dans le match phare, les Quimpérois, grâce à un but de Arthur Pach, sont montés dans le bon wagon. En formant un collectif solidaire et imprenable en défense, les Béliers ont montré leur savoir-faire dans le football fauteuil. Comme à leur habitude, la salle avait affiché, ce samedi, complet: 150 personnes, dont l'école de football de l'Amicale Ergué-Gabéric, ont fait bloc derrière leur équipe. Quand le sport fait oublier un handicap, il en sort grandi en marquant chaque individu valide ou non, dans une empathie forte et un besoin d'entraide. Donner et recevoir sont les deux verbes principaux de cette équipe quimpéroise. Ce n'est pas une question de victoire ou défaite mais d'attachement à ce groupe, qui se comporte en vrais sportifs avec une assiduité aux entraînements, à la salle Saint-Yves, le samedi.

Les jeunes de l'AEG et les béliers de Quimper unis par la passion du football

Un public fidèle et nombreux à la salle Per Jakes Helias de l'UBO Quimper.

Tony Auffret, l'attaquant des Béliers

Le soulagement de ces dernières nuits d'angoisse pour le coach Fabrice Pach était manifeste, après la victoire de ses joueurs face à Lorient. En manoeuvrant parfaitement, Arthur Pach, le petit prince du foot-fauteuil, a fait jouer ses partenaires tout en prenant la destinée de son équipe dans le rythme de ce match. Seul buteur du duel au sommet, le Quimpérois, qui avouait ne pas aimer son corps, ni sa vie, avait ce sourire d'avoir connu un superbe après-midi. " Le football-fauteuil me fait du bien car ça fait oublier son handicap, le temps d'un match", explique le capitaine quimpérois. A 12 ans, sa stature et son intelligence dans le jeu en font le jeune leader de cette équipe. Salué par son père-entraîneur pour son extrême concentration, il a élevé le niveau de son équipe. A ses côtés, Jimmy Buisset est le complément idéal, plus puissant et direct, Tony Auffret occupe la zone près du but, Thomas Poquet et Anthony Prunier bouchent les angles de tirs dans les buts. 

" Les spectateurs ne voient plus le handicap en match. Ils regardent des sportifs. Le handicap est vu différemment. Même en fauteuil, on peut faire des belles choses. On est fier d'eux. Ils prennent plaisir et en donnent aux autres. Nous sommes dans notre deuxième année. La première, nous avons accédé aux phases finales de promotion en D3. Le football fauteuil marche bien à Quimper. 200 spectateurs assistent régulièrement à nos matchs. Le rapprochement avec l'Amicale Ergué-Gabéric a été un temps fort de notre année. On les remercie encore de leur intérêt", remarque Fabrice Pach, qui avec son frère, Fabien, fait tant pour la discipline. 

Défenseur acharné des passerelles sportives, Jean-Marc Tanguy, conseiller départemental, délégué au sport, se montre fortement intéressé et convaincu de cette double alliance. " L'AEG fait un travail remarquable en se rapprochant des Béliers. Ces barrières tombées sont uniques en France pour un club de football amateur. Seul Niort et Troyes, en ligue 2 l'avaient fait avant pour un rapprochement avec le football fauteuil". Attachant par leur simplicité et leur volonté d'accession, les Béliers foncent vers leur cible: les inter-régions d'Ergué-Gabéric, à Croas Spern, les 19, 20, 21 mai. Trois jours particuliers pour le jeune club, qui sans être favori, aura le coeur des supporters. Une des forces de cette équipe est d'avoir su s'ouvrir sur l'extérieur. En franchissant la porte pour observer ces jeunes en football fauteuil, la relativisation de nos vaguelettes personnelles de notre quotidien se trouvent vite dissipées. L'attachement devient immédiat et la mutation entre spectateurs et supporters s'avère forcément étroite. 

Christophe Marchand