Le FC Quimperlé remporte la dernière coupe Gonidec

Le 21/05/2017


" A jamais les derniers", le FC Quimperlé a contrecarré la devise de l'Olympique de Marseille sur la première victoire d'un club français en coupe des champoions. Pour ce baisser de rideau de la coupe Jean-Pierre Gonidec, à Pont-Aven, les Quimperlois sont passés par bien des sentiments face à une équipe de la Stella Maris de Douarnenez. Les joueurs de Tanguy Niox n'auraient jamais du laisser cette finale tant ils ont eu la maîtrise de ce match. Le meilleur homme du match côté quimperlois a été Bruno De Quelen. Ayant prévenu de son  départ du club tango, après quatre années, il a sorti une partie héroïque jusqu'à devenir le héros de la séance de tirs au but. Pour les Douarnenistes, le scénario aura été bien cruel. En supériorité numérique, suite à l'exclusion d'un Quimperlois, pendant 55 minutes, Douarnenez ne sera parvenu à tenir au bout des 120 minutes son avantage. L'égalisation locale a porté nombre de palabre sur la validité ou non de ce but. Sébastien Guirriec, à terre, le gardien de but de Douarnenez, Gaël Rousselot à priori hors-jeu, le corps arbitral a validé à la 117ème minute, le but du FC Quimperlé (1-1). Les joueurs de DSE remportent la coupe Jean-Pierre Gonidec aux tirs au but, malgré des absences importantes (Alexis Derennes, Pierre Yhuel, Mäl Ikni, Yann Le Borgne, Alex Jacq....). 

La joie du buteur, Léo Queguiner

Un public nombreux derrière les ballustrades

8 joueurs dans un espace plus que réduit

Baptiste Vandeputte, le stoppeur quimperlois a fait bonne garde en défense.

Yann Guilloux à la relance toujours propre sur son flanc droit

La tristesse des Douarnenistes, qui se sont vus vainqueur de cette dernière finale Jeran-Pierre Gonidec.

Tanguy Niox, l'entraîneur de la Stella Maris

Ce dernier match de la saison entre le FC Quimperlé et la Stella Maris de Douarnenez se jouait au stade Henri Sinquin de Pont Aven. Devant 350 spectateurs, le FC Quimperlé était profondément diminué. La vague jeune de la meute quimperloise avait frappé aux portes de la première, Gaël Rousselot, Jérémy Christien, Quentin Saget, Léo Queguiner. Le meneur de jeu, Quentin Saget se faisait faucher dans la surface. L'arbitre, Stéphane Rouvrais ne bronchait pas (12'). Pourtant, la Stella Maris présentait ce surplus d'abnégation dans son jeu. Les Douarnenistes affichaient un visage conquérant dans les duels, et quadrillaient bien le terrain. Au milieu de terrain, un joueur survolait la finale et rayonnait à chacune de ses prises de balle, le capitaine Mickaël Le Bescond, le meilleur joueur de cette finale avec le gardien quimperlois, Bruno De Quelen. Ce duel sera une des constantes de cette finale. A la 23ème minute, une frappe puissante du capitaine stelliste mettait Bruno De Quelen, à contribution (23'). Encore plus sur une frappe sèche et pure à la 38ème minute. Juste avant la mi-temps, la Stella Maris frappait encore fort de l'extérieur de la surface avec Alexis Tretout (42'). 

A la reprise, la Stella Maris appuyait pour chercher l'ouverture. Franck Thomas dégageait à propos pour enlever l'occasion de Erwan Pichavant (57'). Mickaël Le Bescond trouva les gants de Bruno De Quelen (59'). Quatre minutes, le tournant de cette finale, Erwan Pichavant filait droit au but. Jean-Pierre Le Callet, en repli, choississait de casser l'action décisive. L'avant-centre, restait au sol après un mauvais geste. M. Rouvrais n'avait d'autre choix que de sortir le carton rouge direct. Le FC Quimperlé, dominé à 11 contre 11, devait s'en sortir à 10 contre 11. Non une mince affaire pour se défaire de cette équipe en jambe de la Stella Maris. Erwan Pichavant rôdait toujours au coueur de l'attaque. Commer Mickaël Le Bescond qui vit boxer sa frappe puissante par Bruno De Quelen. En fin de match, à la 79ème minute, le FC Quimperlé pouvait réaliser le parfait holp-up avec Florian Cornec. Sur son aile droite, il arrivait lancé face à Sébastien Guirriec, qui mit son pied en opposition. En dernière action du match, le pied gauche de Allan Deredel, sur un coup-franc axial des 20 mètres, frôlait le poteau de Sébastien Guirriec. 

Les 22 acteurs de ce match partait en prolongation. Eprouvante à ce stade consommé de la saison. Bizarrement, le FC Quimperlé a mieux joué à 10 qu'à 11. Jérôme Boyaux se portait dangeureux. La Stella Maris était justement récompensé de leur effort quand un pénalty était sifflé sur une faute dans la surface sur Alan Blouet. Mickaël Le Bescond se chargea de l'éxécution parfaite de ce geste spécifique (0-1, 109'). Les Douarnenistes, une division en-dessous, étaient partis pour conserver ce titre acquis en Août dernier à Saint-Evarzec, sur le Châteaulin FC (2-1). Dans les dernières minutes, le FC Quimperlé mettait dans le paquet un coup de pied arrêté. Sébastien Guirriec était touché en plein vol et restait au sol. En ayant récupéré le ballon sur le côté gauche, Léo Queguiner crochetait son adversaire. Il centra fortement dans le but vide, son angle fut parfait pour après deux rebonds, finir dans les buts (1-1, 117'). Les Stellistes étaient tout simplement furieux! Le FC Quimperlé revenait de nulle part dans ce match. Au courage, à l'énergie, les Tangos arrachaient cette finale aux tirs au but avec un Bruno De Quelen de gala faisant face aux deux tireurs adverses (1-1, 5-3 TAB). Pour Eric Gaillard, le coach quimperlois, c'était une fin en apothéose pour terminer son bail à la tête de l'équipe senior. La Stella Maris pouvait s'en vouloir d'avoir laissé échapper une finale qui lui tendait les bras.

Finale de la coupe Jean-Pierre Gonidec, Stade Henri Sinquin
Arbitre: M. Rouvrais (Landrévarzec)
360 spectateurs
Buteurs:
Stella Maris Douarnenez: Mickaël Le Bescond (109', sp)
FC Quimperlé: Léo Queguiner (117')
Victoire du FCQ 3-5 aux pénatlys
Expulsion:
Jean-Pierre Le Callet (63')