Léo Queguiner: " C'est du 50/50 à Séné"

Le 09/11/2017


Seul joueur de l'effectif du FC Quimperlé, à avoir tamponné toutes ses licences au club tango, Léo Queguiner, 21 ans, s'est imposé sans bruit, au poste le plus avancé de l'attaque tango. Au côté des Quentin Saget, Romain Kerhoas, Pierre Yhuel, le FC Quimperlé s'est recentré à l'intersaison, sur sa jeune classe maison, pour débuter un nouveau cycle. Même si le niveau a baissé d'un cran avec une intégration en R2, le FC Quimperlé retrouve le 7ème tour de la coupe de France, quatre ans après. Ceux qui avaient suivi les exploits des aînés dans le kop La Meute, à La Montagnarde, à Rostrenen, à Vignoc Hédé Guipel, sont maintenant sur le terrain avec les Florent Philipot, Thibaud Rivier, Gaël Rousselot. Cuisinier de métier, à la Villa Anaurot, à Quimperlé, Léo Queguiner prépare la recette avec son équipe pour passer ce nouveau cap en coupe de France, à Sené (R3). 

Léo Quéguiner a longtemps attendu son heure au FC Quimperlé, avant d'éclater réellement cette saison.

Un doublé face à Pleuven (0-4), un but face à Fouesnant (3-1), le but de l'égalisation à Pont l'Abbé (1-2), un autre doublé contre Portsall (8-0), Léo Quéguiner reste sur une moyenne de six buts en cinq matchs, sur cette aventure 2017/2018. Son parcours au club est celui d'un battant, qui n'est jamais découragé, malgré des temps de jeu limité en équipe première. " En équipe jeunes, en U15, U17, U19, je ne jouais même pas en équipe première. Quand je suis arrivé en senior, je jouais plus en D1, en équipe C que dans les deux premières équipes. Il n'y a que cette année que j'ai eu ma chance en première. Greg Bello, notre nouveau coach, m'avait eu sous ses ordres en équipe réserve, en 2015/2016. Il me fait confiance, je fais tout pour lui rendre sa confiance sur le terrain. Comme je suis cuisinier avec des services le soir, je ne peux m'entraîner qu'une fois par semaine, sur mon jour de repos du lundi. Autrefois, je fais tout à côté pour être dans le rythme des 90 minutes"

Joueur-club, ayant toujours privilégié la couleur orange, aux appels des clubs voisins, il ne regrette pas son choix. " J'ai toujours eu ce côté compétiteur en moi même quand j'étais loin de ce niveau. Je n'ai pas lâché dans ma tête, j'ai été patient sans griller les étapes. Vivre une telle aventure, c'est formidable. On entend parler de 1.000 spectateurs, à Séné, ce dimanche. Au club, on se mobilise aussi. On est en mode coupe de France. La coupe, c'est spécial. On n'a pas ces mêmes émotions en championnat. Ca fait chercher très loin des ressources. On sera prêt à Séné. C'est du 50/50. Après leur début de championnat, on affrontera une équipe de R2, et non de R3. De toute façon, sur ce type de match, le niveau ne veut rien dire au départ. On l'a vu contre Saint-Renan où nous avions réussi un gros match collectivement. En équipe, on connait notre valeur. Nous sommes tous très amis en dehors. Ca aide à se surpasser et à se mettre en quatre sur le terrain. On sent le retour d'une vraie âme dans notre équipe. Ca fait la différence!", précise Léo Quéguiner. 

Altruiste, aimant faire les efforts pour l'équipe, avec un pressing incessant, à l'aise pour couvrir une large zone, Greg Bello, son coach, est l'entraîneur qui lui a donné confiance en l'intégrant à l'équipe première. " J'aime ce type de joueur, à l'écoute, intelligent dans son placement et choix de jeu. Il marque des buts, ne rechigne pas aux efforts et il est impliqué. C'est un milieu offensif, droitier, qui peut être utilisé dans l'axe ou sur un côté", souligne Greg Bello. De son propre avis, Léo Quéguiner préfère le poste d'attaquant axial. En se mettant au service du collectif, le FC Quimperlé a trouvé en même temps son dernier finisseur et son premier défenseur à la perte de balle. 

Christophe Marchand

Coupe de France. 7ème tour.
Dimanche 12 novembre, à 14h30
Séné FC (R3) - FC Quimperlé (R2)