Du rêve au cauchemar: cruelle fin pour le TC Quimperlé

Le 03/12/2016


A deux points près, le TC Quimperlé jouait le coup parfait en adossant une seconde fois, après le sacre de 2012, son nom aux interclubs de D1. Il n'aura manqué que deux "fichus" points, une hérésie complète au regard de ceux colossaux échangés dans cette finale face au TC Saint-Amand Porte du Hainault. Renversé par l'émotion finale, à tel point que Charles-Antoine Brézac qui faisait ses adieux à son club de toujours, ne contenait ses larmes de tristesse et de consternation. Comment les Quimperlois, revenus de l'enfer à 0-2, pour mener 6-1 au super tie-break décisif, a laissé échapper la victoire 8-10 à la fin de celui-ci? Les Quimperlois referont sans doute maintes fois le match dans la tête au moment de trouver le sommeil. Comme un idéal inachevé, une partition manquée à deux notes mais même si la déception est éminemment présente, le mérite a déjà été de se hisser en finale (" un exploit en somme" pour Philippe Huon) et d'y avoir figurer d'égal à égal avec cette équipe Nordiste. A Lannion, en ce jour du samedi 3 décembre, le couronnement national s'est échoué de si peu.

Le public quimperlois a gagné dans les tribunes.

Le Hainault, champion de France 2016

Les adieux des idoles de Kerbertrand, Mathieu Rodigues et Charles-Antoine Brézac, s'achevaient vers une finale inattendue et méritée, au terme d'un mini-championnat où les Quimperlois avaient été chercher la première place. Son homologue de la poule A, Saint-Amand Le Hainault en avaient fait autant, soit un choc des outsiders, en finale, à Lannion. Sur le granit breton, le TC Quimperlois possédait sans doute un argument de poids avec la sympathie certain du public. Pourtant celui-ci, sur les deux premiers simples, était endormi. Comme pris par un enjeu important. Le TC Quimperlé ratait d'ailleurs sa mise en action. En gros serveur et robuste adversaire, le Tourangeau, Josselyn Ouana éclipsait son adversaire, le jeune Evan Furness, encore tendre face à ce profil d'adversaire solide et placide (6-4, 6-2). De l'autre côté, le Slovène, Grega Zemjla (TC Quimperlé) disposait un gros duel face à l'Autrichien Jurgen Melzer, ex n°8 mondial en 2010. Un duel de costaud remporté au final par l'Autrichien, mieux maîtrisé dans les moments clés du trosième set (5-7, 6-4, 3-6).

Le TC Quimperlé, dos au mur, se trouvait déjà en pente glissante sur ces deux premiers affrontements de la journée. Heureusement, comme toujours, le lion de La Louvière, Maxime Authom, versait son énergie dans cette bataille, prenant le meilleur sur Germain Gigougnon, un adversaire courageux mais un ton en-dessous en qualité et en rythme (7-5, 6-1). La voie vers cette coupe se retrouvait. Le leader du TC Quimperlé, Nikoloz Basilashvili (n°94, Géorgie) fit beaucoup trop de fautes directes, au premier set face à Vincent Millot. Mais en rythme et sur la lourdeur des frappes, il mit à cran l'ex-quimperlois qui misait sur la tenue de ses remises pour tenir l'échange. Quand le ratio de faute s'est amélioré et son jeu devenu plus sécurisé, le Géorgien apporta le point de l'égalisation dans un acharnement de tous les instants (3-6, 6-3, 6-2). 

Insoutenable! Un prélude à un match pas comme les autres, à une finale qui fera date. Les deux doubles se jouaient aussi à pile ou face, entre la paire fétiche quimperloise, Maxime Authom/Charles Antoine Brézac contre Jocelyn Ouanna/Vincent Millot. Comme un conte de fée, trouvant sa grâce à l'automne, les deux compères bretons retrouvèrent cette magie de l'alchimie. Solide en fond de court, avec quelques volées d'élégance de Charles-Antoine Brézac au filet, le premier set était quimperlois. Le deuxième de justesse nordiste. Un tie-break, le premier à dix points commença. Alors que Charles-Antoine Brézac avait été le rempart de ce double en étant plus que solide et efficace dans ses coups, deux à trois points lui échappèrent de sa raquette au pire moment (3-6, 6-3, 5-10). Or, sur le court d'à côté, Quimperlé revenait une troisième fois à égalité. Par le spécialiste allemand, Gero Kreschmer associé à Grega Zemjla, battaient la paire nordiste, avec Germain Gigounon, Jurgen Melzer, dans un match solide et constant en deux sets (7-6, 7-5).

10 minutes pour choisir les protogonsites, héros ou malheureux, à se jeter à corps perdu dans cette finale. Le TC Quimperlé misait sur la paire gagnante des doubles, Gero Kreschmer et Grega Zemlja, en confiance. Le Hainault panachait les doubles avec un serveur Jocelyn Ouanna et un joueur trappu et vélléitaire, Vincent Millot. Quimperlé possédait une bonne étoile, 6-1, sur les sept premiers points. La finale et le sacre étaient en vue. Encore à 8-5, jusqu'à ce que la machine Grega Zemlja ne se dérègle, pris par la nervositié ou la fatigue. Un manque de relâchement compréhensible à ce moment crucial du match. Une double faute au service, un retour dans le filet, le TC Quimperlé passait du rêve au cauchemar, en cinq minutes top chrono. Quelle désillusion pour tout ce groupe de Philippe Huon! La joie du Hainault constrastait avec la mine abattue des Quimperlois, qui voyaient ce mauvais film repassé en version accéléré dans leur tête. Le TC Quimperlé n'est pas champion de France 2016. A trois fois rien, plutôt à deux points près.

Christophe Marchand.

Lannion. Finale Interclubs D1
TC Quimperlé - TC Saint-Amand Les Eaux Le Hainault
600 spectateurs

Les simples: 2-2
Josselin Ouanna (n° 37, Le Hainault) bat Evan Furness (n° 89, TC Quimperlé) : 6-4, 6-3.0-2. Jurgen Melzer (n° 16, Autriche, TC Hainault) bat Grega Zemlja (n° 17, Tchèque, TC Quimperlé) : 7-5, 3-6, 6-3. Maxime Authom (n° 27, Belge) bat Germain Gigounon (n°279, Belge) : 7-5, 6-1. Nikoloz Basilashvili (n° 14, Géorgien, TC Quimperlé) bat Vincent Millot (n° 15, TC Hainault) : 3-6, 6-3, 6-2. 

Les doubles 1-2
Millot - Ouanna bat Brezac - Authom : 3-6, 6-2, 1-0 (10-5). 3-3. Kretschmer - Zemlja bat Melzer - Gigounon : 7-6, 7-5. 3-4. Ouanna - Melzer bat Kretschmer - Zemlja : 1-0 (10-8).