Le 23/09/2021

Plouénan vaut bien une fête

S'il y'avait un guide du routard, des bonnes adresses du football local, dans le Finistère, les Gars de Plouénan obtiendraient assurément l'appelation coup de coeur. Même un joueur des DC Carhaix, Quentin Le Hannier, sortait de ce match ébahi par l'ambiance mise par les spectateurs plouénanais, en proclamant tout fort dans le stade " Tous les jours, je voudrais rejouer Plouénan". Malgré une lourde défaite à Charles Pinson, rebaptisé Karaez Park (7-0), les Haut-Léonards ont fait de ce match une fête complète sur et en dehors des terrains. Les deux ne pouvaient qu'être associés, à l'issue de ce match top dans tous les sens du terme. Stoppeur des DC Carhaix, en charnière centrale, au côté de Manu Brasseur, Etienne Poher résumait très justement, ce coup de tonnerre du samedi soir. " Nous avons vécu une atmosphère habituelle de 6/7ème tour de la coupe de France, alors que nous n'étions qu'au 3ème tour". Montés ( plutôt descendus) en nombre, à Carhaix, Plouénan sait fait apprécier en Centre-Bretagne, par un état d'esprit parfait. L'image symbolique fut les deux équipes réunies, à la fin du match, pour un clapping devant les supporters Blanc et Vert pour les remercier de leur présence et encouragement. L'exemple peut aussi (surtout) venir du bas. En plein dans les débordements actuels de "supporters" en Ligue 1, le match Carhaix - Plouénan a été au complet antipode, se résumant à une vraie fête du football. Tellement rafraîchissant et sain, après cette année et demie de confinement sanitaire, rencontre avec l'esprit qu'anime ces Gars de Plouénan, qui se construisent petit à petit, symbole de leur devise en Breton ( Poanian evit padout), Endurer pour durer.

Déplaçant facilement une centaine de supporters à Carhaix, les Gars de Plouénan ont pris place dans la tribune opposée, en la décorant d'un énorme Tifo de ... 34 mètres de large, avec des drapeaux et fumigènes. Les supporters rouges et noirs amassés dans l'angle du terrain, ont répondu au diapason, jusqu'à rompre la barrière de sécurité sur l'extase du 6ème but, à la 73ème minute. Ce match dans le match jovial et au bon esprit coupe a résonné haut dans le centre-ville carhaisien. Au microphone, enhardi par la bonne ambiance, Guillaume Moal accumulait les tours de stade, pour faire chanter les spectateurs des airs des deux équipes.

Ca sentait la fête! Ca respirait la bonne humeur jusqu'aux odeurs de houblon, frites/merguez/saucisses, dans le stade. A la tête du club, Julien Quiviger, le président depuis huit ans, qui se bat pour faire émerger des nouvelles idées pour célébrer ce football local. " A Plouénan, nous ne voulons pas faire comme les autres clubs. Ca ne nous intéresse de copier pour copier. On a toujours voulu faire ce que les autres ne font pas, quitte à être copié. On veut partager cet esprit, il y'a beaucoup de clubs qui nous appellent pour savoir comment nous avons fait. On leur dit, il n'y a aucun problème. On considère que le football doit rester un plaisir et un jeu, comme quand nous étions enfants. Nous avons 180 licenciés, au club, nous sommes en train de se structurer sur toute la formation. Un jour, ça paiera, on en est convaincu. Sur ce genre de match, on apprend. Comme on dit, on préfère prendre " une cabasse" comme ce soir, ça nous fait grandir et avancer. La mairie nous aide énormément dans notre développement. Notre maire, Aline Chevaucher et son équipe viennent régulièrement au match. La commune a investi 95.000 € récemment dans un éclairage LED tout neuf. Nous allons pouvoir proposer des matchs, le samedi soir. La pelouse devant le banc est celle synthétique du Parc des Princes. On déploie les tifos à tous nos matchs, des drapeaux de 4 mètres".

Ce fief vert et blanc, au Kermaria Park, respire le football et la bonne ambiance continuelle. Ca ne les empêche d'être ambitieux. L'entraîneur, Yannick Kerrien entame sa sixième année, à la tête des seniors, une stabilité émane de ce club. " En match, on joue pour gagner, mais il faut que ça soit associé à un plaisir de jouer. Chez nous, tous les joueurs disent bonjour, à leur entrée au stade, aux spectateurs, aux gens qu'ils croisent. C'est très important. Tous les joueurs sont issus de la commune. Nous avons une très bonne génération de 20-25 ans. Nous avons aussi un festival, en été, le Ter Fest, qui amène beaucoup de monde et mobilise une centaine de bénévoles du club. C'est notre grosse manifestation annuelle", relance Julien Quiviger.

Monté en D1, en 2018/2019, Plouénan est dans une dynamique sportive, depuis plusieurs années. Les Vert et Blanc savent recevoir, leur bonheur d'être au stade est contagieux, comme sur ce match de coupe de France, contre Carhaix, ce samedi soir. Au rayon bonne adresse, allez faire un tour, au Kermaria Park de Plouénan, un jour, vous ne serez pas déçus par l'accueil et repartirez enchantés de votre passage.

Mentions légales