Le 14/04/2022

Jacques Piriou, le président fixe le cap (2/5)

La série Le rêve bleu de l'US Concarneau vers la ligue 2, vous est offert par Peugeot Nedelec, partenaire de l'US Concarneau:

En effervescence, sur cette fin de championnat, l'US Concarneau ( National) a été le caillou dans la chaussure d'équipes, à l'enveloppe budgétaire bien plus massive ( Le Mans, Châteauroux, Red Star, Bourg-en-Bresse). Rien que pour donner une symbolique de l'excellent crû concarnois, par rapport aux moyens de départ. " Par exemple, sur notre dernier match face à Bourg-en-Bresse à domicile, leurs trois/quatre joueurs rentrés en cours de match représente la globalité de notre masse salariale pour l'ensemble de nos joueurs", glisse Jacques Piriou. Dans l'optique de ce match au sommet face à Laval, ce lundi soir,  Jacques Piriou, le président de l'USC ( 16ème année à la tête de l'USC, 55ème licence au club), constate cette dynamique, tout en mettant en perspectives les prochains virages décisifs pour planter le club, à ce haut-niveau français.

Légende: Avec le match clé face au leader, le Stade Lavallois, l'US Concarneau est 3ème de ce championnat National, à cinq journées de la fin. Une année charnière pour Jacques Piriou, le président de l'US Concarneau.

" Ma grande satisfaction en janvier était de savoir que nous étions assurés de notre maintien. Il faut apprécier ces moments-là. Une forme d'excitation a pris le dessus, dans le classement, les résultats. Depuis un mois, nous avons défini l'ambition d'aller chercher une des trois premières places de ce championnat. Cette possibilité d'accession à la ligue 2 amène une réflexon, une organisation nouvelle, de rentrer dans un autre système, celui du milieu professionnel", explique Jacques Piriou.

Cette volonté concarnoise de franchir un cap supplémentaire, six ans après son accession en National, s'inscrit dans un changement de vitesse dans les installations actuelles de Guy-Piriou, un possible déplacement du terrain sur huit mètres, un recentrage total, et des tribunes côté opposées à la principale repoussées, tout comme la tribune Nord, de 2 à 3 mètres, pour rentrer dans les clous, du cahier des charges. " Le club n'est pas propriétaire du stade. La préfecture du Finistère nous garantit une enveloppe prête de 400.000 € à effet immédiat. Nous devons saisir cette main tendue pour réaliser les premiers travaux".

Jusqu'ici, le meilleur souvenir en National de l'US Concarneau restait la première partie de saison, post-accession, où les Concarnois avaient conquis le titre symbolique de champion d'Automne, en 2016/2017, avant un net essoufflement, dû à leur statut complet amateur. " Oui, c'est clairement notre meilleure saison en National. Notre grand bonheur est de donner du bonheur aux gens, à travers les performances de cette équipe. Le staff et les joueurs tirent le maximum, et arrivent à leur summum, ils n'ont aucune marge. Il faut rendre hommage à notre entraîneur, Stéphane Le Mignan, qui a apporté au club, toute sa rigueur, son excellente vision de ce National, ces choix de recrutement réfléchi et juste. Notre image a dépassé le Sud-Finistère. De plus en plus de gens en France placent désormais Concarneau, sur une carte, grâce à son équipe de football. C'est pourquoi, j'avais tenu à dire aux joueurs, juste après le match de Sète (1-1), on peut vous dire plein de choses, mais jamais, on ne peut vous faire des reproches. Il ne peut pas avoir de reproches, car ils font ce qu'il y'a à faire dans tous leurs matchs".

Avec un public revenu en masse, sur ce sprint final, entre 2.200 à 2.500 à tous les matchs ( déjà 2.000 billets vendus pour le match phare face à Laval), l'US Concarneau affronte ces derniers défis de la saison, avec enthousiasme et émulation. En interne, cet exploit amène aussi du sens et du poids, car il n'est pas que le rayonnement d'un club, mais renvoie une image extérieure d'une région qui avance.

Pourtant, Jacques Piriou pointe clairement deux préoccupations principales pour l'US Concarneau: l'approche des collectivités publiques, et ce championnat National, appelé à beaucoup évoluer sur les deux prochaines saisons. " Nous sommes aidés à 122.000 € à l'année, par les collectivités ( Mairie, département, région). Un club moyen de National, cette même enveloppe est de 390.000 €. Même avec l'approche de la Ligue 2, nous ne sentons pas une effervesence de la part des collectivités. Ils accompagneront le club, plus par obligation. Chaque année, le budget ( 2,1 M€) est de plus en plus serré. La dotation promise par la FFF/LFP de 250.000 € s'est envolée. Nous sommes à une frontière, des clubs comme Avranches, Cholet, Concarneau ou Bastia Borgo... sont appelés à disparaître en l'état actuel. C'est impossible à tenir, qu'est ce qu'on peut faire de plus? Je n'amènerai pas le club dans un dépôt de bilan, je me le suis toujours interdit. Nous avons des fonds propres, de la trésorerie, dûs à notre bonne gestion interne. L'évolution pyramidale avec un rétrecissement à 18 clubs en L1 et L2 modifiera aussi le National avec 6 descentes en 2022/2023 et 6 autres en 2023/2024. Quand on anticipe le tout, on se dit que c'est la bonne année, pour monter en Ligue 2", explique Jacques Piriou.

Toutes ces perspectives mises à plat, ces casses-têtes à venir n'empêchent un réel plaisir ressenti par tous, à voir cette équipe concarnoise évoluer, sur l'ensemble de sa saison référence en National. " Sincèrement, je me régale, cette saison. J'ai toujours fonctionné ainsi dans ma vie, me donner des challenges, ressentir cette pression du résultat, qui fait le sel de la vie. Je me suis toujours nourri de challenges et de projets, qui m'ont fait avancer et grandir. Dans ma vie, dans l'entreprise, et aussi à l'USC, mais tout en restant les pieds sur terres et sans faire n'importe quoi ou aller dans l'irraisonné. La saison est compliquée, elle est fatiguante, très prenante, mais aussi emballante. Elle me fait avancer dans la réflexion globale, en accord avec le bureau. Qu'on monte en L2 ou qu'on reste en National, le club va se structurer, avec le recrutement d'un directeur général. Nous avons un club spécial, un sacré atout qui fait notre force. L'ensemble des salariés, le bureau, l'administratif, nous pouvons compter sur eux, jour et nuit. Pour soulager la structure, ce recrutement externe m'apparait une clé essentielle. Idéalement, j'aimerai qu'il arrive pour le lancement de la prochaine saison", conclut Jacques Piriou.

Série US Concarneau - Stade Lavallois: le rêve bleu

1- L'US Concarneau, la saison de tous les espoirs
2- Jacques Piriou, le président fixe le cap
A suivre, demain, vendredi 15 avril, Guillaume Jannez, le capitaine de l'US Concarneau

Série offerte par Garage Nédelec, 11 concessions automobiles dans le Finistère, partenaire de l'US Concarneau:

 

 

 

Mentions légales - Protection des données - CGU / CGV