Le 19/10/2021

La radieuse reconversion de Fabrice Gourmelen

On s'était quittés il y a 10 ans. Ma fonction de correspondant sportif m'avait alors conduit à retracer le parcours de Fabrice Gourmelen, ex-capitaine de l'équipe de France de football des moins de 15 ans, passé par le centre de formation de Nantes pour échouer à 27 ans en D1 de district à Telgruc. Echouer, le terme est inapproprié car pour le milieu défensif finistérien, ce fut plutôt un choix assumé sans l'ombre d'un regret, avec lucidité, en famille, avec les amis au premier rang desquels l'avenant président telgrucien Jacques Sénéchal. 10 ans déjà... mais tout cela c'est une autre histoire.

Légende: Fabrice Gourmelen garde son âme de compétiteur intacte, tout en gardant son humilité intacte, sous le maillot des Radieuses de Telgruc/Mer. Crédit photo: DR

C'est sous le maillot des Radieuses  que j'ai retrouvé Fabrice Gourmelen, 38 ans, ce dimanche sur le trail de Plomelin. Les Radieuses ? Kezako ? Est-ce à dire que l'ex-footballeur de Telgruc s'était reconverti en apôtre du féminisme ? "Les Radieuses, magazine pour femmes épanouies de plus de 50 ans", c'est là que m'a conduit ma recherche wikipédienne, ce que je lui confie.  Jennifer, la compagne de Fabrice, qui prête l'oreille, se fend d'un grand sourire devant le tour insolite  que prend notre conversation. "J'ignorais l'existence de ce magazine, coupe le Telgrucien mais je suis bien à l'origine de l'Association de course pédestre Les Radieuses et à la course du même nom. On fait partie d'un petit groupe qui a plaisir à se retrouver et courir ensemble. L'appellation ? Elle vient du nom des pointes de Bellec et de Pen Ar Vir qui encadrent la plage de Telgruc."

Telgruc, sa station banéaire, son stade du Menez Luz, son bar Le Magellan... Et son fameux GR 34, le nouveau terrain de jeu privilégié de l'ex international tricolore. Car depuis maintenent 6 ou 7 ans qu'il a raccroché les crampons, Fabrice Gourmelen se consacre à la course à pied. "J'ai toujours aimé courir donc c'est une suite logique à mon parcours de footballeur. C'est aussi une discipline dans laquelle j'ai certaines aptitudes."

Pour un traileur, le garçon possède une bonne vitesse de base (32' 40 sur 10 kilomètres) et dimanche à Plomelin, il a encore décroché un podium sur le 20 bornes. Le volume d'entraînement consenti pour obtenir de tels résultats ? "Variable. Le frein, c'est que je suis souvent blessé, ce qui était déjà vrai quand je jouais au foot (c'est aussi l'une des raisons pour lesquelles le FC Nantes ne donna pas suite à son passage au Centre de formation). J'ai longtemps traîné une tendinite au tendon d'Achille.  La raison ? Une mauvaise gestion de mon volume d'entraînement. J'en suis conscient, mais quand je me sens bien, j'ai tendance à en faire trop."

Un aveu qui n'empêche pas le jeune père de famille (l'aîné des enfants Noah qui joue au foot à Châteaulin a aussi des prédispositions pour la course à pied), de lorgner sur de mythiques ultra trails. "Le challenge, ce serait un des trails de La Réunion ou celui des Templiers, en mode découverte."
En mode découverte ? Hum ! Fabrice nous excusera d'en douter. Car pas besoin de le titiller beaucoup  pour qu'il passe aux aveux  : L'esprit de compétition qui animait naguère le numéro 6 de l'AS Telgruc ne l'a jamais quitté. "Quand je prends le départ d'un trail, c'est pour performer et pour donner le meilleur de moi-même. Si tu n'es pas bien, tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même. Ce que j'apprécie par dessus tout dans la discipline, c'est l'humilité. Que tu termines premier ou dernier, chacun est sur un pied d'égalité. Tout le monde souffre. Mais après, quel bien-être !"

C'est d'ailleurs le moment pour Fabrice et Jennifer  d'aller encourager les copains qui n'en ont pas fini et continuent tandis que nous discutons aimablement, de tirer la langue (le bien-être n'est pas immédiat) sur le sélectif parcours plomelinois.

Marc Férec

Rubrique Carte Blanche, à Marc Férec

 

Mentions légales