Le 16/10/2021

Alex Duprat, l’ambition maîtrisée

Si les supporters du Stade Brestois se désolent du spectacle proposé au stade Francis Le Blé depuis le début de la saison, qu’ils se rassurent : il est toujours possible de voir du beau football dans la Cité du Ponant. Pour cela, il suffit de se rendre au stade de Menez Paul où l’AS Brest version 2021-2022 ravive une flamme trop longtemps restée à l’état de braise. Alors que tout un club se prépare à vivre une belle fête en affrontant l’US Concarneau, fleuron du football sud-finistérien, un homme attire particulièrement l’attention : l’entraîneur-joueur Alex Duprat. Se prénommer « Alex » n’est pas une condition sine qua none pour réussir comme coach à Brest mais il semblerait que cela aide. Au détour des années 2010, le regretté Alex Dupont avait su réveiller un Stade Brestois en en grande difficulté. Dans un autre style, Alex Duprat a entamé la reconstruction d’une Association Sportive Brestoise qui a connu de grosses désillusions sur les dernières saisons. Club historique en Bretagne grâce à son glorieux passé, les Bleus de France sont tombés au plus bas niveau régional au terme d’une saison 2019-2020 écourtée en n’ayant été relégable qu’une seule fois, au soir de ce qui allait être la dernière journée de la saison.

Intronisé entraîneur de l’équipe première, à tout juste 27 ans, suite au départ de Jean-Noël Nonotte, fin mai 2021, les premiers résultats de la méthode Duprat apparaissent déjà. L’AS Brest est toujours invaincue avec un début de championnat cohérent et un parcours en coupe de France qui ravive les souvenirs des plus anciens.

Pourtant, cette prise en main de l’équipe par Alex Duprat n’avait rien d’évident, un an et demi après son arrivée comme éducateur salarié au club. Entraîner en sénior n’était pas prévu si tôt et la structure envisageait plutôt une solution externe au départ mais finalement un souhait interne, des joueurs notamment, est remonté jusqu’aux décideurs. Face à la proposition de prendre l’équipe première, Alex Duprat a pesé le pour et le contre mais n’a finalement pas hésité longtemps car il sait que le train ne passe pas toujours deux fois et qu’il faut saisir les opportunités lorsqu’elles se présentent.

Conscient de ne pouvoir mener à bien le projet confié qu’à condition d’être épaulé et suivi, il a veillé à s’entourer d’éducateurs aux mêmes sensibilités que lui. Il s’est aussi assuré de la solidité et des perspectives du projet brestois. C’est d’ailleurs ce mélange d’humilité, d’intelligence et d’ambition qui marquent son parcours autant que sa personnalité.

En quittant son cocon bigouden à la fin de la saison 2018-2019, Alex Duprat prenait un risque. De l’extérieur, son choix pouvait surprendre mais il était pleinement réfléchi. L’homme est ambitieux, l’homme sait ce qu’il fait. Déjà, en 2012, on avait pu se demander ce qu’il espérait lorsqu’il avait rejoint à 19 ans à l’AS Plobannalec-Lesconil alors qu’il n’avait jusque-là connu que le Plonéour FC et quelques matches de PH en seniors. Il espérait apprendre, progresser et s’imposer. Mikaël Caoudal, l’entraîneur de l’ASPL, avait rapidement aimé ce joueur impliqué, polyvalent et à l’écoute et n’avait pas attendu pour l’inclure au groupe DSR.

Auprès de cet entraîneur-formateur et au contact de joueurs expérimentés, Alex Duprat allait même devenir un titulaire indiscutable, un des premiers noms à mettre sur la compo, peu importe où car capable d’être bon partout (même gardien le temps d’un match). Surtout, c’est dans ce club si singulier qu’il allait débuter sa formation d’éducateur en s’occupant des équipes jeunes et en s’impliquant dans la vie du club. D’ailleurs, au-delà de ses qualités de footballeur, ce sont ses qualités humaines qui ont marqué son passage au club et ceux qui l’ont côtoyé. Plaçant le respect du club comme valeur fondamentale, il n’a jamais changé d’état d’esprit malgré un statut gagné sur le terrain. Son départ s’était fait dans le respect mutuel, l’honnêteté étant un trait de sa personnalité : Alex Duprat voulait un nouveau challenge et affichait des ambitions que l’ASPL ne pouvait plus lui offrir, notamment au niveau des équipes de jeunes où entraîner au plus niveau possible devenait un besoin. Rejoindre l’AS Brest apparaissait alors, finalement, comme un choix logique.

Dès son arrivée à Brest, il avait insisté sur l’importance de conserver un esprit-club à toute épreuve et de s’appuyer sur la formation pour performer sur la durée. Aujourd’hui à la tête d’une équipe sénior qui ressemblerait presque à une équipe U19 tant la moyenne d’âge est faible, le bigouden conserve ses idéaux et récoltent les premiers fruits d’un travail entrepris dès son arrivée. Son discours passe bien auprès de ses joueurs, ses choix sont respectés et son intelligence tactique s’affiche avec des choix surprenants, notamment concernant son propre replacement : joueur offensif, formé en numéro 9, révélé comme ailier, replacé comme latéral pour dépanner, il s’est placé dans l’axe de sa défense. Il ne veut pas la lumière, là-encore, il veut apprendre, progresser et s’imposer.

Les quatre éclairs subis par Chateaulin au 4ème tour de la coupe de France ont résonné comme un coup de tonnerre à Brest mais il ne s’agit que d’une pierre posée dans la reconstruction d’un club historique. Une reconstruction qui prendra du temps mais qui semble entre de bonnes mains car le renouvellement de la présidence avec l’arrivée de Jean-Claude Plessis aux commandes et la qualité de la formation et des éducateurs sont autant de points positifs qui expliquent le renouveau de l’AS Brest en ce début de saison. Face à l’US Concarneau, l’AS Brest fera honneur à son passé mais surtout se battra pour son présent en vendant chèrement sa peau malgré les cinq divisions d’écart. Et puis, sait-on jamais, la coupe est faite de belles histoires, d’exploits inattendus, d’épopées fabuleuses. L’AS Brest a connu cette magie, Alex Duprat aussi et les deux n’attendent que d’y gouter à nouveau. 

Ce match est une opportunité de préparer le futur car, quel que soit le résultat face à l’US Concarneau, ce ne sera qu’une étape de plus dans un projet à plus long terme car avec Alex Duprat, les étapes ne se sautent pas, elles se franchissent pas à pas.

Texte: Malo Camus, photos: AS Brestoise

Mentions légales