Le 20/06/2022

Le rêve américain d'une Clarisse Le Bihan "épanouie"

Clarisse Le Bihan vit son rêve américain. Une nouvelle bretonne est attirée par le Grand Ouest et le soccer américain. Après la rennaise Camille Abily et la morbihanaise Eugénie Le Sommer, c'est au tour d'une finistèrienne de vérifier sur place le rôle pris par le football féminin aux États Unis. Clarisse Le Bihan après avoir évolué treize années dans le foorball profressionnel français, découvre cette saison la National Women's Soccer League ( NWSL ), la Ligue Professionnelle Américaine de Soccer (football) féminine représentant le plus haut niveau du sport aux États-Unis. Son nouveau club est actuellement 5° au classement après 9 matchs joués. L’Angel City FC, le club américain créé par l’actrice Natalie Portman à Los Angeles, vient de lui consacrer une page sur le site du club pour présenter sa nouvelle recrue. Vous trouverez ci-dessous, la reproduction intégrale de l'article sur les premières impressions exprimées sans langue de bois par la quimperloise.

" Clarisse Le Bihan était professionnelle depuis 13 ans lorsqu'elle a signé pour Angel City au printemps, mais lorsqu'elle s'est connectée à la Challenge Cup pour voir ses futurs coéquipiers, elle n'avait jamais rien vu de tel. "Je me souviens du match contre San Diego", dit-elle. "J'étais devant ma télé en train de dire 'Wow, comment peuvent-ils faire ça ? J'ai été tellement impressionné par l'intensité du match ". Joueuse de  27 ans de la Division 1 Féminine Française - plus récemment au Montpellier FC - découvrait ce que de nombreux internationaux savaient en théorie, mais ne comprennent pas vraiment jusqu'à ce qu'ils le voient : la NWSL est plus compétitive, plus intense, et plus rapide que toute autre ligue au monde.

C'est un départ de la D1F, où deux clubs, l'Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain, dominent de manière prévisible un tableau qui comprend des clubs qui ne sont pas entièrement professionnels. « C'est difficile, je pense, pour les petits clubs, parce que c'est toujours pareil ", explique-t-elle. « C'est répétitif. Chaque week-end, vous pouvez prédire les résultats, et ici, vous ne pouvez vraiment pas. Cela a été bien confirmé par les deux premiers mois et demi de la saison d'Angel City, qui ont vu le club perdre contre la 11e place Orlando Pride une semaine, puis battre le champion en titre Washington Spirit sur la route la suivante." C'est un ajustement pour tout joueur nouveau dans la ligue, mais Clarisse Le Bihan voulait relever le défi.

Née en 1994, Le Bihan entre dans son adolescence au moment même où l'équipe de France s'affirme comme une candidate internationale : en 2011, l'équipe franchit pour la première fois la phase de groupes de la Coupe du monde, se qualifiant pour ses premiers Jeux Olympiques en 2012. Des joueuses françaises comme Camille Abily gagnent en reconnaissance. Mais les États-Unis, alors même qu'ils luttaient pour établir une ligue nationale, étaient à un autre niveau. "Quand j'ai grandi", se souvient-elle, "[nous avons vu] les Américains comme des champions." Malgré l'émergence du jeu professionnel, les opportunités pour les filles de jouer en France - qui n'a pas d'équivalent au titre IX - étaient encore rares. "C'était juste moi dans ma ville [qui jouait au football]", dit-elle. Lors des tournois de fin de saison, une autre équipe avait parfois une fille sur la liste; c'est ainsi qu'elle a rencontré sa meilleure amie, Charlotte, qui jouait dans un club à une demi-heure de là. "Nous nous détestions", rit-elle, "parce que nous voulions tous les deux être le seul.

Ses coéquipiers, cependant, étaient tous des garçons - et même si elle ne faisait partie que d'une équipe de garçons faute d'autres opportunités, elle garde de bons souvenirs de son club d'enfance. Elle a parfois fait face à des remarques sexistes de la part d'adversaires, mais ses coéquipières l'ont soutenue. « Nous nous battions tous les uns pour les autres », se souvient-elle. "Chaque fois que nous commencions un match, l'adversaire disait, 'Oh, ils ont une fille, alors nous allons gagner.' Alors [mes coéquipiers] se battaient pour moi. C'est un petit club, une famille. Ils étaient vraiment mes amis. " Elle était triste de les laisser derrière elle quand elle a quitté le club

Ce mouvement devait arriver finalement, cependant. Lorsque Le Bihan a eu 14 ans, elle a rejoint un club féminin, le Stade Briochin (aujourd'hui En Avant Guingamp), à une heure de route de chez elle. Elle est allée directement du côté des femmes seniors après avoir passé la pré-saison avec l'équipe. "Je pense que cette année a été le début de tout pour moi", dit-elle. La décision était excitante – « Je jouais contre des femmes que j'avais vues à la télé », se souvient-elle – mais ce n'était pas facile. Jouant avec des adultes, elle était traitée comme une adulte, même si elle devait s'entraîner autour de l'école. Elle a dû grandir vite, apprendre à gérer les émotions autour d'une mauvaise performance ou d'une perte difficile. Mais, dit-elle, "j'ai commencé à croire en moi."

Crédit photo Angel City   

Cette courbe d'apprentissage rapide a aidé Clarisse Le Bihan à devenir la joueuse qu'elle est aujourd'hui : une milieu de terrain polyvalente et techniquement compétente qui peut tirer et passer avec les deux pieds. Au début de sa carrière, elle a joué en tant que deuxième attaquante ou n ° 10, passant plus tard du temps sur l'aile gauche, où elle dérivait à l'intérieur pour mettre en place des coéquipières avec des passes bien placées. Ces dernières années, à Montpellier, elle a surtout occupé le poste de milieu défensif. L'entraîneure-chef de l'ACFC, Freya Coombe, la déploie comme force créative supplémentaire aux côtés de Savannah McCaskill. "Je la vois comme une milieu de terrain offensive", déclare Coombe. "Je pense qu'elle a montré de très bonnes qualités, surtout en possession de balle. La passe à Simone [Charley] pour le penalty la semaine dernière en était un excellent exemple. Il était parfaitement pondéré. Elle a vu la course et c'était vraiment, vraiment bien exécuté."

La passe à laquelle Coombe fait référence, à la 90e minute du match du 11 juin contre Louisville, n'était pas seulement une démonstration de la qualité de Clarisse Le Bihan, mais de la façon dont elle s'intègre aux autres milieux de terrain de l'équipe. Le jeu a commencé avec Dani Weatherholt, un milieu de terrain plus défensif, faisant pression sur Savannah DeMelo du Racing pour qu'il cède le ballon au défenseur Tyler Lussi. Lussi a passé l'aile à McCaskill, qui a pris une touche, s'est retourné et a immédiatement trouvé Le Bihan en train de faire une course à l'intérieur. Elle a contrôlé le ballon tout en sprintant, a rapidement levé les yeux vers le terrain et a joué le ballon parfaitement pondéré et légèrement incurvé mentionné par Coombe directement sur le chemin de Charley. La gardienne Katie Lund a ensuite commis une faute sur Charley dans la surface pour un penalty, que McCaskill a converti pour gagner le match.

"Je pense que plus [McCaskill et Le Bihan] peuvent jouer et apprendre les uns des autres, [le mieux]", a déclaré Coombe. « Ce sont des joueurs assez similaires en termes de recherche de ces proches similaires. Mais je pense que la combinaison - ils ont tous les deux l'air de posséder et ils sont tous les deux très techniques sur le ballon - signifie qu'ils sont capables d'aider à la possession et de semer le trouble et d'être capables de créer. Pour Clarisse Le Bihan, la NWSL a été un changement de rythme bien nécessaire. Cela a toujours été un rêve pour moi de venir [au NWSL]", dit-elle. "Quand Angel City est entré en contact, j'avais des étoiles plein les yeux . "

Ici, chaque jour est un défi, et Clarisse Le Bihan le relève. " Je veux juste m'améliorer, car je pense que même à 27 ans, j'ai beaucoup à apprendre et j'apprends tous les jours." Elle dit qu'elle veut toujours améliorer sa forme physique, pour être mieux préparée pour les longues courses répétées que les jeux NWSL exigent souvent. "Je veux utiliser mes bonnes qualités pour aider l'équipe, m'exprimer et être - en français on dit épanoui ." Il n'y a pas un seul mot anglais qui capture tout à fait épanoui comme une émotion, mais "radiant" ou "réalisé" s'en rapprochent. C'est aussi le mot pour "fleurir", comme dans la chose que font les fleurs.

Ses objectifs ne sont cependant pas que personnels. "Je veux être une joueuse importante ici", ajoute-t-elle. "Construire l'histoire avec le club."  "

Source Angel City

 

Mentions légales